La situation du consultant nigérien de Grenoble en passe de se régler

SOCIETE Le 7 juillet, le sort de Y.T. s’est résolu à Paris. Ce consultant nigérien de 25 ans, employé à Grenoble chez Vitamib, société de conseil en financement de l’innovation, s’était vu refuser une autorisation de travailler…

F. R.

— 

Le 7 juillet, le sort de Y.T. s’est résolu à Paris. Ce consultant nigérien de 25 ans, employé à Grenoble chez Vitamib, société de conseil en financement de l’innovation, s’était vu refuser, en mars dernier, une autorisation de travailler par la préfecture de l’Isère (voir notre édition du 19 mars 2012).

Un patron qui fait tout pour garder son salarié

Son patron avait alors cherché à conserver à tout prix ce salarié expert, formé en partie à Grenoble. « Nous avons fait un recours direct auprès du ministère, explique Xavier Fabre, directeur général. Sans succès. » Le dirigeant espère ensuite que le changement de majorité présidentielle accélérera le traitement du dossier. « Mais, dit-il, l’installation de nouvelles équipes l’a au contraire ralenti. Comme Y. avait un permis de travail en Ile-de-France jusqu’à juillet, nous l’avons fait recruter à Paris par notre maison mère afin qu’il demande un renouvellement de son autorisation. Celle-ci l’a ensuite détaché sur notre site grenoblois. »
La semaine dernière, enfin, Y. a obtenu à Paris son renouvellement pour un an… Et sur tout le territoire. F. R.