Le covoiturage taille la route

— 

Les covoitureurs cherchent à faire des économies.
Les covoitureurs cherchent à faire des économies. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Julien Lebeau ne prend presque plus le train depuis un an. Cet étudiant parisien de 26 ans est devenu un adepte du covoiturage. « Je rentre un week-end sur deux voir ma famille à Vendôme (Loir-et-Cher). En train, le voyage me coûtait au minimum 25 €. Et en covoiturage, ça ne me revient à 9,50 €. Cela me permet de rentrer plus souvent. » Comme lui, de nombreux Français voyageront à plusieurs cet été. Le site covoiturage.fr prévoit un trafic de 1 500 000 voyages du 15 juin au 15 septembre. Son concurrent, carpooling.fr, a connu aussi une progression de 400 % de son activité entre juin 2011 et juin 2012. « La France est devenue le deuxième pays européen après l'Allemagne en matière de covoiturage », explique Odile Beniflah, responsable internationale de Carpooling. Sans surprise, la recherche d'économies est la première motivation des covoitureurs. « Les prix du train sont jugés trop chers, surtout pour ceux qui partent au dernier moment. Le trafic de notre site suit aussi la courbe des prix de l'essence », note Odile Beniflah. Les femmes sont de moins en moins réticentes à utiliser ce service, puisqu'elles représentent désormais la moitié des covoitureurs. « Sur le site, les conducteurs comme les passagers sont évalués, ce qui créé un sentiment de confiance réciproque », explique Frédéric Mazzela. Une fois le concept testé, il est généralement adopté. D'autant que le système est très convivial et permet de belles rencontres. « Certains de nos covoitureurs se sont même mariés », annonce Odile Beniflah.DELPHINE BANCAUD