Avalanche du Mont-Blanc: Le bilan porté à neuf morts, les recherches suspendues pour ce jeudi

MONTAGNE Les quatre autres alpinistes portés disparus sont sains et saufs...

C.C., E.O., B.D. avec AFP

— 

Chamonix, le 12 juillet 2012

Plusieurs personnes sont mortes dans le massif du Mont Blanc, d'autres ont été blessées. Elles ont été prises dans une avalanche survenue au Mont Maudit.

Les hélicoptères de la gendarmerie du groupement de haute montagne et de la sécurité civile effectuent des rotations pour emmener sur zone des guides et des sauveteurs pour effectuer des recherches de survivants. 

CYRIL VILLEMAIN / 20 MINUTES
 
Chamonix, le 12 juillet 2012 Plusieurs personnes sont mortes dans le massif du Mont Blanc, d'autres ont été blessées. Elles ont été prises dans une avalanche survenue au Mont Maudit. Les hélicoptères de la gendarmerie du groupement de haute montagne et de la sécurité civile effectuent des rotations pour emmener sur zone des guides et des sauveteurs pour effectuer des recherches de survivants. CYRIL VILLEMAIN / 20 MINUTES   — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Les quatre alpinistes portés disparus après une avalanche ce jeudi matin sur les pentes du Mont Maudit, à Chamonix, en Haute-Savoie, sont en fait vivants. Ils ne faisaient pas partie de la cordée emportée par l'avalanche. Deux d'entre eux avaient annulé leur expédition et les deux autres avaient choisi un autre itinéraire. Le bilan est donc de neuf morts.

Les recherches qui avaient été arrêtées peu avant 17 heures, rapporte le site du Dauphiné ne reprendront donc pas demain matin, comme ce devait être le cas. Trois corps supplémentaires ont été retrouvés par le secours à la mi-journée, portant à neuf morts le bilan de l'avalanche. Les victimes sont deux Espagnols, trois Allemands, un Suisse et trois Britanniques, a indiqué le colonel Bertrand François, qui a émis l'espoir que les quatre alpinistes disparus aient réussi à échapper à l'avalanche, en allant plus vite que le reste du groupe ou en empruntant un autre itinéraire.

Manuel Valls sur place

Neuf blessés légers ont par ailleurs été hospitalisés et deux personnes ont pu être récupérées, indemnes, par les secouristes. Une chapelle ardente a été dressée au centre hospitalier de Chamonix pour l'accueil des familles, et une cellule d'écoute téléphonique réservée aux familles et aux proches a été mise en place. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls s'est rendu sur place, faisant part de «sa grande tristesse» et de sa «vive émotion», en assurant que «des recherches sont toujours en cours pour tenter de retrouver des disparus».

Il a salué «le travail de toute la chaîne de secours et des équipes engagées», mais a refusé de se prononcer sur les causes de l’accident: «L’enquête commence, sous l’autorité du procureur. Le nombre de victimes, de disparus, de blessés fait de cet évènement une catastrophe très particulière», a-t-il ajouté. Le ministre a survolé le site de l'avalanche, faisant état de «blocs de glace particulièrement spectaculaires».

Les victimes font partie d'un groupe de 28 personnes, comprenant des alpinistes chevronnés, des guides de différentes nationalités, parties à 1h30 du matin du refuge des Cosmiques, à quelque 3 .600 mètres d'altitude. L'avalanche a touché deux cordées qui se trouvaient à 4.000 m d'altitude, sur la face nord du Mont-Blanc, la seconde voie d'ascension la plus empruntée. L'alerte a été donnée jeudi à 5h25 par un des blessés, a précisé le peloton de gendarmerie de haute montagne de Chamonix.

L'une des avalanches les plus meurtrières

«Aucun bulletin météo ne donne de prévisions de risque d'avalanche», a déclaré à l'AFP le maire de Chamonix, Eric Fournier. Cependant, «dans ce secteur glaciaire, une plaque ou un sérac peut en provoquer», a-t-il ajouté. Une enquête devra déterminer l'origine de l'avalanche, l'une des plus meurtrières des dernières années dans ce massif.

Le dernier accident d'alpinisme le plus grave dans les Alpes avait eu lieu le 24 août 2008, lorsque huit alpinistes -trois Suisses, un guide autrichien et quatre Allemands- avaient été emportés par une avalanche à la suite d'une chute de séracs au Mont Blanc du Tacul. Le Mont Maudit est l'un des passages de la «voie des trois monts», couramment empruntée, avec le Mont Blanc du Tacul et le Mont-Blanc. C'est la deuxième voie la plus utilisée pour effectuer l'ascension du Mont-Blanc, après la voie royale qui passe par le Dôme du Goûter.