Fusillade mortelle à Lille: Si vous avez raté le début

FAIT-DIVERS Deux personnes ont été tuées et six autres blessées par une rafale d'arme de guerre à Lille dans la nuit de samedi à dimanche...

Nicolas Bégasse avec AFP

— 

La façade de la discothèque «Theatro», à Lille, le 1er juillet 2012.
La façade de la discothèque «Theatro», à Lille, le 1er juillet 2012. — Mikael Libert / 20 MINUTES

Comment s’est déroulée la fusillade?

Vers 3h du matin, le suspect tente d’entrer dans la discothèque «Theatro», en plein centre de Lille (Nord). L’endroit, spécialisé dans la musique RnB, est réputé calme. Mais le physionomiste reconnaît le suspect qui, selon plusieurs médias, avait été impliqué dans une rixe quelques jours auparavant, et lui en interdit l’accès. L’homme aurait alors prononcé quelques mots de menace et serait retourné à sa voiture, garée non loin de là, pour y prendre une arme de guerre de type kalachnikov. De retour devant le «Theatro», il tire en rafale sur la façade du bâtiment avant de prendre la fuite à bord d’une Citroën C5 bleue conduite par un complice.

Qui sont les victimes?

L’attaque fait deux morts: un jeune client de 27 ans, Hamza, qui s’apprêtait à quitter l’établissement, et une jeune femme de 26 ans, Sabrina, chargée des vestiaires. Tous deux sont décédés sur place. Six autres personnes, dont le physionomiste de l'établissement et des clients - quatre hommes et une femme d'une vingtaine d'années - ont été blessées par balles au tibia, au pied, au mollet et au dos. Leurs jours ne sont plus en danger, a confirmé le procureur de Lille. Six personnes supplémentaires ont également été hospitalisées pour «traumatisme psychologique».

Qui est le tireur?

Identifié par des témoins, le suspect principal est âgé de 32 ans et résidait à Tourcoing. Il s'est enfui à bord d'un véhicule conduit par un complice. Il s’agit de Faycal Mokhtari, un individu «très défavorablement connu des services de police et [qui] a déjà été condamné» à plusieurs reprises, a indiqué le procureur de Lille, Frédéric Fèvre. Selon Benoît Lecomte, du syndicat de police Alliance, le suspect «a déjà fait plusieurs séjours en prison pour des vols simples, des trafics de stupéfiants, abus de confiance, violences». Son complice a été identifié ce lundi matin. Il était «déjà connu des services de police, mais pour des faits de moindre importance que le suspect principal», a indiqué à l'AFP une source proche de l'enquête.

>> Retrouvez par ici un portrait plus complet du tueur présumé

Où en est l’enquête?

Une information judiciaire pour «assassinat», «tentative d'assassinat» et «détention d'armes de guerre de première catégorie» a été ouverte. Mokhtari et son complice, le conducteur du véhicule, étaient toujours activement recherchés lundi en fin de journée par plusieurs dizaines de policiers français et beges. Selon une source syndicale policière, les deux hommes pourraient avoir fui vers la Belgique, où le tueur présumé possède une seconde résidence à Bruxelles. Une coopération a été mise en place entre les polices française et belge. Les enquêteurs redoutent que le suspect se soit enfui vers une destination plus lointaine, au Maghreb, depuis la Belgique. En parallèle, les auditions de témoins devaient se poursuivre ce lundi, et une autopsie des deux victimes devrait être pratiquée rapidement.