Vidéo: les pilotes de bombardiers d'eau menacent de faire grève

AFP

— 

Les pilotes de bombardiers d'eau de la base de Marignane (Bouches-du-Rhône), se disant "inquiets quant à l'avenir de leur outil de travail", une flotte de 23 avions spécialisés dans la prévention et la lutte contre les feux de forêt, menacent de se mettre en grève à partir de dimanche.
Les pilotes de bombardiers d'eau de la base de Marignane (Bouches-du-Rhône), se disant "inquiets quant à l'avenir de leur outil de travail", une flotte de 23 avions spécialisés dans la prévention et la lutte contre les feux de forêt, menacent de se mettre en grève à partir de dimanche. — Patrick Valasseris afp.com

Les pilotes de bombardiers d'eau de la base de Marignane (Bouches-du-Rhône), se disant «inquiets quant à l'avenir de leur outil de travail», une flotte de 23 avions spécialisés dans la prévention et la lutte contre les feux de forêt, menacent de se mettre en grève à partir de dimanche.

 

«Il nous faudrait 10 millions d'euros annuels pour la maintenance» en plus des 35 millions actuels, explique à l'AFP François Tauveron, délégué du SNPNAC (Syndicat national du personnel naviguant de l'aéronautique civile), au moment où débute la saison des feux dans le sud du pays.

Les 88 pilotes de la base de Marignane, «dont 85% sont syndiqués» selon lui, sont les seuls en France à voler à bord des 12 Canadair, 9 Tracker et 2 Dash 8 que compte la flotte de la Sécurité civile.

Réquisitionnables en cas de besoin

La Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises (DGSCGC) avait annoncé au printemps vouloir laisser au sol cet été deux Canadair, ainsi qu'un avion de coordination Beechcraft 200, ordinairement utilisé en Corse, pour économiser de l'argent sur la maintenance.

S'ils devaient maintenir leur mouvement social, les pilotes, même grévistes, resteraient malgré tout réquisitionnables en cas de besoin. Cependant les grévistes ne seraient pas pré-positionnés en détachement sur les lieux à risques, mais devraient partir de Marignane, préviennent-ils.