Lozère: L'ex-préfète condamnée à 1 an de prison ferme pour vols

JUSTICE Françoise Debaisieux était accusée de vols et détournements de biens...

avec AFP

— 

La chambre correctionnelle d'appel de Nîmes inflige 3 ans de prison, dont un ferme, ainsi que 40.000 euros d'amende pour vols et détournements de biens, à l'ex-préfète de Lozère Françoise Debaisieux, qui a décidé de se pourvoir en cassation.
La chambre correctionnelle d'appel de Nîmes inflige 3 ans de prison, dont un ferme, ainsi que 40.000 euros d'amende pour vols et détournements de biens, à l'ex-préfète de Lozère Françoise Debaisieux, qui a décidé de se pourvoir en cassation. — Pascal Guyot afp.com

L'ex-préfète de Lozère Françoise Debaisieux a été condamnée ce vendredi à trois ans de prison, dont deux avec sursis, ainsi que 40.000 euros d'amende par la chambre correctionnelle d'appel de Nîmes pour vols et détournements de biens.

La cour est allée au-delà des réquisitions de l'avocat général qui avait demandé deux ans de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende à l'encontre de Françoise Debaisieux, 58 ans. Elle avait été condamnée en première instance par le tribunal de Mende à six mois de prison avec sursis et 5.000 euros d'amende. La cour a également prononcé une privation des droits civiques, civils et familiaux de cinq ans et une interdiction définitive d'exercer une fonction publique.

Un an avec sursis pour le mari

Relaxé en première instance, son mari, Hervé Debaisieux, jugé pour complicité, s'est vu infliger une peine d'un an de prison avec sursis, 10.000 euros d'amende ainsi que la privation des mêmes droits pour cinq ans. Le parquet de Mende qui avait fait appel du jugement du tribunal correctionnel rendu le 1er décembre. Françoise Debaisieux, qui a plaidé la bonne foi, et son époux vont se pourvoir en cassation, a annoncé immédiatement l'un de leur avocats, Jean-Pierre Cabannes.

L'ex-préfète a été mise en cause pour quelque 14.000 euros de biens détournés puis restitués et la disparition d'une dizaine d'objets sans grande valeur. Elle a argué de sa bonne foi et de son ignorance des règles de la préfectorale, carrière qu'elle avait embrassée tardivement après un parcours sans tache comme médecin puis à la Ddass et la Drass des Ardennes.