La justice confirme l'interdiction d'une manifestation d'extrême droite à Lyon

© 2012 AFP

— 

Le juge des référés du tribunal administratif de Lyon a confirmé samedi l'interdiction d'une manifestation prévue dans la ville l'après-midi par les Jeunesses nationalistes, un mouvement d'extrême droite.
Le juge des référés du tribunal administratif de Lyon a confirmé samedi l'interdiction d'une manifestation prévue dans la ville l'après-midi par les Jeunesses nationalistes, un mouvement d'extrême droite. — Philippe Merle afp.com

Le juge des référés du tribunal administratif de Lyon a confirmé samedi l'interdiction d'une manifestation prévue dans la ville l'après-midi par les Jeunesses nationalistes, un mouvement d'extrême droite. Quelque 700 policiers et gendarmes doivent néanmoins être déployés dans le centre de Lyon samedi après-midi, le fondateur des Jeunesses nationalistes, le conseiller régional Alexandre Gabriac (exclu du Front National), ayant appelé vendredi ses sympathisants à "rester mobilisés". De plus, d'après la préfecture, des militants anti-extrême droite pourraient être présents également.

Jeudi, la préfecture du Rhône avait interdit le défilé des Jeunesses nationalistes ainsi qu'un rassemblement parallèle d'un collectif contre l'extrême droite, tous deux prévus samedi après-midi, "en raison des troubles graves" qu'ils faisaient peser sur l'ordre public. La première manifestation, qui visait à dénoncer "la préférence anti-nationale et le racisme anti-blanc", devait emprunter des espaces publics très fréquentés en fin de semaine et "de nombreux débordements ont été à déplorer lors de rassemblements précédents", avait rappelé la préfecture. Les Jeunesses nationalistes avaient aussitôt décidé un recours en justice.

Lors de l'audience samedi matin, l'avocat du mouvement, Me Pierre-Marie Bonneau, a plaidé pour sa part que l'itinéraire avait été discuté avec la police et que les manifestations organisées dans le passé s'étaient "parfaitement déroulées". "Le préfet veut-il le respect de l'ordre public ou la rage d'un millier de personnes" venues pour rien samedi, s'est-il interrogé. Le juge a rejeté son recours, a-t-on appris auprès du tribunal, sans davantage de précisions.