Pour l'association Respire, Peugeot ne manque pas d'air

— 

Le montant de « la reprise Argus » est affiché en très gros. Les informations relatives à la consommation de monoxyde de carbone en petits caractères, en bas de page. Selon nos informations, Peugeot est assigné en référé, ce mardi, devant le tribunal de Paris pour ne pas avoir respecté les directives européennes sur l'affichage dans sa dernière campagne de publicité. « Normalement, les informations sur la pollution doivent figurer en aussi gros caractères que les autres données, indique Sébastien Vray, le président de l'association Respire à l'origine de la procédure. Peugeot n'est pas un cas isolé. Il suffit de feuilleter un magazine pour se rendre compte que la majorité des constructeurs automobiles ne respecte pas les directives européennes en vigueur… »
Au-delà des constructeurs, l'Etat est lui aussi montré du doigt par l'association. « Fixés en 2002, les seuils auxquels les Français sont soumis sont régulièrement dépassés », poursuit Sébastien Vray. Illustration avec la pollution aux particules fines qui ne doit normalement pas dépasser 50 microgrammes par m3 d'air. « L'Europe accorde à la France le droit de dépasser ce seuil 35 jours par an, indique Arthur Depas, ingénieur à Airparif, qui surveille la qualité de l'air. Or, depuis le 1er janvier, ce seuil a déjà été dépassé 101 fois à Saint-Denis, à l'entrée de l'A1, et 89 fois à la porte d'Auteuil, par exemple… » Lasse, l'Europe a engagé une procédure de contentieux contre la France à ce sujet à la fin 2011. « Peugeot n'est qu'un exemple. Tout le monde doit se sentir concerné pour changer », conclut Sébastien Vray. Contacté, le constructeur n'a pas souhaité réagir.V. V.