Le bac professionnel attire davantage de candidats

Delphine bANCAUD

— 

Quatre-vingt-quatre spécialités sont proposées en bac pro.
Quatre-vingt-quatre spécialités sont proposées en bac pro. — CHAMUSSY / SIPA

Le grand jour est arrivé pour les 703 000 candidats au bac 2012. C'est ce lundi que démarre les épreuves avec la philosophie pour les filières générale et technologique et le français et l'histoire-géographie pour les candidats au bac professionnel. Cette année, ces derniers sont en progression de 27,67 % (soit 219 973 candidats), alors que leur nombre avait déjà progressé de 36,43 % en 2011. Et ce, en raison de la réforme Darcos, lancée en 2009, qui a fait passer la filière professionnelle de quatre ans (deux ans jusqu'au BEP et deux ans jusqu'au bac) à trois ans.

Davantage de spécialités
Une évolution qui a permis de redorer l'image de la filière et d'« attirer davantage de candidats, qui se seraient arrêtés au BEP avant la réforme », selon Jean-Michel Blanquer, directeur général de l'enseignement scolaire. Car le but de ce lifting était notamment d'améliorer l'insertion professionnelle des diplômés en augmentant leur niveau de qualification et en facilitant leur poursuite d'études. Pour parvenir à ces objectifs, la filière propose aussi désormais davantage de spécialités (84 au total). Ainsi, 10 nouvelles sont apparues cette année : fonderie, bio-industrie de transformation, perruquier-posticheur, logistique, optique lunetterie, prothèse dentaire, transport, technicien en chaudronnerie industrielle, accueil-relations clients et usagers et construction des carrosseries. En revanche, la réforme du bac pro n'a pas encore eu d'effets positifs sur les résultats des candidats, car leur taux de réussite à l'examen était en recul de 2,5 % à la session 2011 par rapport au cru 2010, pour s'établir à 84 %. Doit-on en conclure que le rythme accéléré du bac pro le rend plus difficile à obtenir ? Les résultats du cru 2012 le diront.

meilleur équilibre

La hausse des candidats au bac pro ces dernières années a permis de rééquilibrer un peu les filières. Même si le bac général continue à réunir la plus grande part des candidats (48 %), le bac pro en regroupe 31 % et le bac technologique, 21 %.