Une des victimes de l'agression de membres de la communauté juive, le 4 juin 2012 dans l'école Beth Menahem de Lyon Villeurbanne.
Une des victimes de l'agression de membres de la communauté juive, le 4 juin 2012 dans l'école Beth Menahem de Lyon Villeurbanne. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

ENQUÊTE

Agression antisémite de Villeurbanne: Les cinq gardés à vue reconnus par les victimes

ls devraient être présentés devant le parquet ce vendredi...

Les cinq jeunes placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur l'agression de juifs, samedi à Villeurbanne (Rhône), ont été identifiés par ces derniers lors d'une «présentation d'auteurs à victimes» jeudi au commissariat de la ville, a indiqué ce vendredi une source policière.

«Les cinq étaient sur les lieux (de l'agression) dans des rôles différents. Aucun n'a été dédouané par les victimes», a précisé cette source à l'AFP. Les cinq suspects reconnaissent avoir été sur les lieux mais nient ou minimisent leur rôle dans l'agression. «Celui qui est considéré comme le principal protagoniste de cette affaire, ayant fait usage d'un marteau, reconnaît les faits mais minimise son rôle en disant qu'il n'a fait que se défendre», a ajouté cette source policière.

Jeudi, après s'être rendu à la police, ce jeune homme était dans la dénégation. La garde à vue de deux des cinq jeunes gens, qui s'étaient eux aussi rendus à la police mercredi, se termine vendredi à 14h. Ils seront en conséquence présentés devant le parquet en début d'après-midi. Mais selon la source policière, ce sont les cinq agresseurs présumés qui pourraient être présentés devant le juge dans l'après-midi.

Plusieurs jours d'interruption temporaire de travail pour chaque victime

Samedi soir, trois jeunes de 18 à 23 ans, coiffés d'une kippa, se rendaient à un office religieux à Villeurbanne lorsqu'ils ont été insultés et bousculés par trois jeunes inconnus, et des coups ont été échangés. Quelques minutes plus tard, alors que les juifs avaient repris leur chemin, un groupe d'une dizaine de jeunes, dont les premiers protagonistes, a accouru vers eux.

S'en était suivi un échange de coups: deux des trois jeunes juifs ont reçu un coup de marteau et un coup de barre de fer au niveau de la tête. Le troisième garçon a été frappé au bras. Les victimes ont eu pour deux d'entre elles cinq jours d'interruption temporaire de travail et pour la troisième, trois jours. Les auteurs de l'agression encourent une peine de sept ans d'emprisonnement pour «violence aggravée».