Rythmes scolaire: Vincent Peillon va écouter les parents d'élèves

ÉCOLE e ministre a promis un «grand débat» sur l'école et annoncé des «mesures d'urgence» pour la rentrée prochaine...

Aux Sables d’Olonne, Guillaume Frouin

— 

Vincent Peillon à la sortie du conseil des ministres, le 23 mai 2012.
Vincent Peillon à la sortie du conseil des ministres, le 23 mai 2012. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Les parents d’élèves auront leur mot à dire dans la réforme des rythmes scolaires. Le nouveau ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, a promis ce samedi aux Sables d’Olonne, en Vendée, de les associer à la question du retour à la semaine de cinq jours. Difficile, il est vrai, de dire autrement: il s’exprimait au 66e congrès national de la FCPE, principale fédération de parents d’élèves, plutôt classée à gauche.

«J’ai coutume de dire, depuis plusieurs mois, qu’on ne fera pas la refondation républicaine de l’école sans les professeurs ou contre les professeurs... On ne la fera pas, non plus, sans et contre les parents d’élèves», a déclaré Vincent Peillon. «Vous serez pleinement associés à cette œuvre et à cette tâche qui nous attend : vous le serez du premier jour jusqu’au dernier jour, vous le serez dans la consultation,  vous le serez aussi dans l’action, parce que nos élèves ce sont vos enfants.»

Un nouveau « grand débat » sur l’Ecole

Leurs priorités ne seront toutefois pas nécessairement les siennes, a-t-il prévenu. «Ce qui guidera notre travail, ce sera toujours l’intérêt des élèves. Oui, je serai le ministre des parents d’élèves, mais je serai toujours et d’abord le ministre des élèves», a déclaré le ministre de l’Education nationale.

Le ministre socialiste a promis au passage un nouveau « grand débat » sur l’Ecole. Jean-Marc Ayrault l’avait déjà recadré en ce sens, après qu’il ait affiché sa préférence pour la semaine des «neuf demi-journées» avant-même le premier conseil des ministres du gouvernement.

Des «mesures d’urgence» communiquées mercredi

«Il nous faut un beau et grand débat sur l’école, il faut donner aux Français le temps de nourrir leur conviction, de forger leur jugement», a déclaré Vincent Peillon. «J’invite tous les parents d’élèves de France, qui doivent s’engager dans ce grand débat, à venir consulter les rapports sur le site du ministère, qui s’interrogent sur un certain nombre de sujets essentiels.»

En attendant ce «grand débat», des «mesures d’urgence» vont être prises pour la rentrée prochaine. Elles devraient être communiquées mercredi, après le conseil des ministres. « Nous allons faire en sorte que la casse programmée par la droite, et sur laquelle malheureusement nous n’avons pas les moyens de revenir, puisse quand même être affaiblie », a dit Vincent Peillon.