Une des plus grosses affaires de stupéfiants menées par Neyret jugée à Lyon

avec AFP

— 

Des peines de dix ans de prison ont été requises lundi à Lyon contre deux hommes arrêtés lors d'une saisie record de drogue en 2010, l'un des plus gros dossiers gérés par Michel Neyret, l'ex-numéro deux de la police judiciaire de la ville incarcéré dans une affaire de corruption présumée.
Des peines de dix ans de prison ont été requises lundi à Lyon contre deux hommes arrêtés lors d'une saisie record de drogue en 2010, l'un des plus gros dossiers gérés par Michel Neyret, l'ex-numéro deux de la police judiciaire de la ville incarcéré dans une affaire de corruption présumée. — Philippe Desmazes afp.com

Des peines de dix ans de prison ont été requises lundi à Lyon contre deux hommes arrêtés lors d'une saisie record de drogue en 2010, l'un des plus gros dossiers gérés par Michel Neyret, l'ex-numéro deux de la police judiciaire de la ville incarcéré dans une affaire de corruption présumée.

Le procès devant le tribunal correctionnel se terminera ce mardi par les plaidoiries de la défense. Un total de 112 kg d'héroïne et de 54 kg de cocaïne, provenant des Pays-Bas par convois et d'une valeur à la revente de 5,2 millions d'euros, avait été saisi en mars 2010 dans un appartement à Saint-Genis-les-Ollières dans le Rhône, ainsi que dans des valises transportées par les deux hommes qui en sortaient.

Des métaux précieux, qui servaient de «monnaie d'échange» pour l'achat de la drogue selon le procureur, avaient également été découverts, provenant de plusieurs vols dans l'agglomération lyonnaise, qui s'étaient répétés fin 2009-début 2010.

Affaire Neyert

Les malfaiteurs présumés sont défendus par l'avocat lyonnais David Metaxas, lui-même mis en examen pour recel de violation du secret professionnel dans l'affaire Neyret, ainsi que pour violation du secret de l'instruction dans un dossier distinct.

L'avocat a déclaré à la presse, avant le début du procès lundi matin, qu'il dénonçait la procédure, débutée sur la foi d'un renseignement anonyme, s'interrogeant sur ses conditions d'obtention. Le procureur a quant à lui demandé une peine de deux ans de prison dont 20 mois avec sursis pour l'homme, qui a effectué quatre mois de détention provisoire, et une peine de deux ans de prison avec sursis pour la femme.