Drame du rallye des Maures dans le Var: La garde à vue de l'équipage levée

ACCIDENT Une voiture est sortie de la route et a tué deux personnes. Le pilote et son copilote, placés en garde à vue, dimanche, ont été relâchés...

Avec Reuters

— 

L'accident  lors du rallye du Var a coûté la vie à deux personnes (le 19 mai 2012).
L'accident  lors du rallye du Var a coûté la vie à deux personnes (le 19 mai 2012). — JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

L'enquête se poursuit ce dimanche pour déterminer les causes de l'accident qui a fait deux morts et dix-huit blessées, dont cinq graves, samedi lors d'un rallye à Plan-de-la-Tour, dans le Var. Le pilote et le copilote, qui avaient été placés en garde à vue dimanche pour être auditionné, ont été relâchés ce lundi. Le pilote a mis en cause ses freins, qui «n'ont pas répondu», indique son avocat.

Leur voiture, qui a raté un virage et foncé dans la foule, samedi lors du rallye régional des Maures, fauchant des spectateurs qui se trouvaient sur le bas-côté, parmi lesquels de nombreux enfants. Le véhicule devait être expertisée près de Paris, pour des résultats espérés d'ici jeudi, a déclaré ce lundi la procureure de Draguignan.

Dix-huit blessés

Les deux morts sont un commissaire de course et un spectateur. Dix-huit autres spectateurs ont été blessés, dont cinq grièvement.

Le pilote de la voiture qui a fait une sortie de route a été d'abord placé en garde à vue mais cette mesure judiciaire a été levée à l'hôpital, les médecins la jugeant incompatible avec son état de santé, a précisé Julien ficara, substitut du procureur. Une mesure similaire a été prise pour le copilote.

Témoignages

L'enquête se concentre encore sur le recueil de témoignages et la collecte de vidéos et photos prises par des amateurs au moment du choc.

Parallèlement, l'expertise du véhicule va se poursuivre tandis que seront aussi épluchées les conditions dans lesquelles cette course a été organisée et les spectateurs placés sur le parcours.

Polémique

«Tout va être disséqué et analysé, rien ne sera laissé au hasard», a déclaré le substitut du procureur de Draguignan.

La ministre des Sports, Valérie Fourneyron, a estimé que cet accident posait «la question grave de la sécurisation du public lors des manifestations automobiles».

«Avec le ministre de l'Intérieur, nous allons nous attacher au plus vite à rencontrer les acteurs concernés, afin de prendre rapidement toutes les dispositions qui s'imposent», a-t-elle annoncé dans un communiqué.