Education: Le décret sur l'évaluation des enseignants publié au Journal Officiel

© 2012 AFP

— 

Les enseignants du primaire sont 15,55% à faire grève mardi et ceux des collèges et lycées 12,41%, pour demander le retrait du projet de réforme de l'évaluation des enseignants et contre les suppressions de postes, selon une estimation du ministère de l'Education nationale.
Les enseignants du primaire sont 15,55% à faire grève mardi et ceux des collèges et lycées 12,41%, pour demander le retrait du projet de réforme de l'évaluation des enseignants et contre les suppressions de postes, selon une estimation du ministère de l'Education nationale. — Philippe Huguen afp.com

Un décret qui réforme l'évaluation des enseignants à partir du 1er septembre a été publié mardi au Journal Officiel, malgré une opposition massive des syndicats qui avaient appelé à des grèves et des manifestations en décembre et janvier.

Dorénavant, l'évaluation de l'enseignant est fondée sur un entretien réalisé tous les trois ans par son supérieur hiérarchique direct, selon ce décret signé le 7 mai. Les syndicats craignent que ce nouvel entretien unique ait un impact négatif sur leur carrière, notamment sur leur salaire.

Un décret portant sur la «modification du régime de l'appréciation de la valeur professionnelle et des modalités d'avancement d'échelon»

Ce décret, portant sur la «modification du régime de l'appréciation de la valeur professionnelle et des modalités d'avancement d'échelon», doit entrer en vigueur «à compter du 1er septembre 2012 selon un échéancier propre à chaque corps». Il «modifie chaque statut particulier pour mettre fin au système de notation, au profit d'un dispositif d'appréciation de la valeur professionnelle fondé sur un entretien professionnel triennal. Cet entretien est conduit par le supérieur hiérarchique direct et donne lieu à un compte-rendu qui peut faire l'objet d'une demande de révision», précise le texte.

Jusqu'alors, les professeurs avaient une double notation : administrative par le chef d'établissement, et pédagogique, la plus importante, par l'inspecteur régional, formé dans la discipline des collègues qu'il inspecte. Les syndicats dénoncent un projet qui «touche au coeur même du métier» et conduit, selon eux, à une gestion «managériale» de leur profession.

Après deux grèves organisées les 15 décembre et 31 janvier pour «exiger le retrait» du projet, une nouvelle mouture avait été rédigée mais elle n'a pas satisfait les syndicats qui jugent les changements insuffisants. Le 8 mars, une large intersyndicale avait boycotté une réunion devant débattre du projet de réforme, ce qui a entraîné son renvoi au 15 mars.