Procès en appel d'Antonio Ferrara: Le tribunal sous surveillance

JUSTICE Les policiers se méfient du «roi de la belle»...

William Molinié

— 

Le braqueur Antonio Ferrara, 35 ans, a été condamné à 17 ans de réclusion criminelle dans la nuit de dimanche à lundi par la cour d'assises de Paris pour sa spectaculaire évasion de la prison de Fresnes (Val-de-Marne), le 12 mars 2003.
Le braqueur Antonio Ferrara, 35 ans, a été condamné à 17 ans de réclusion criminelle dans la nuit de dimanche à lundi par la cour d'assises de Paris pour sa spectaculaire évasion de la prison de Fresnes (Val-de-Marne), le 12 mars 2003. — Benoit Peyrucq AFP/Archives

Les policiers attendent de pied ferme «le roi de la belle». Un important dispositif de sécurité sera déployé ce mercredi au Palais de Justice de Paris. Avocats, journalistes ou encore badauds devront se plier à plusieurs contrôles avant d'accéder à la salle des assises, à l'arrière du tribunal, où Antonio Ferrara sera jugé une deuxième fois dans l'affaire du braquage de Joinville-le-Pont (Val-de-Marne) en 1999.

Il retrouve l'isolement à Fleury

Une source judiciaire reconnaît qu'il est toujours considéré «comme un détenu particulièrement surveillé en raison de ses antécédents». A ce titre, il «disposera d'un acheminement individualisé jusqu'au Palais de Justice pour la durée du procès», poursuit cette même source.

Il faut dire qu'Antonio Ferrara, connu pour ses évasions, a ridiculisé plus d'une fois la police, la justice et l'administration pénitentiaire. D'abord en 1998, lorsqu'il prend la fuite durant une consultation à l'hôpital de Corbeil-Essonnes, puis en 2003, après une sortie spectaculaire de la prison de Fresnes (Val-de-Marne), avec l'aide d'un commando armé. Incarcéré depuis la fin 2010 à Lille-Sequedin, il a été transféré à Fleury-Mérogis pour toute la durée du procès où il retrouvera l'isolement. «Nous avons pris cette mesure car il y a des travaux dans la prison et en raison de la présence de connaissances au sein du lieu de détention», explique-t-on au parquet général.