Lyon: Troisième manifestation de policiers contre la mise en examen d'un collègue

© 2012 AFP

— 

Environ 200 policiers ont manifesté jeudi à Lyon, pour la troisième fois en quelques jours, en soutien à leur collègue de Seine-Saint-Denis mis en examen pour homicide volontaire, mais aussi pour revendiquer de meilleures conditions de travail, a constaté un journaliste de l'AFP.
Environ 200 policiers ont manifesté jeudi à Lyon, pour la troisième fois en quelques jours, en soutien à leur collègue de Seine-Saint-Denis mis en examen pour homicide volontaire, mais aussi pour revendiquer de meilleures conditions de travail, a constaté un journaliste de l'AFP. — Boris Horvat afp.com

Environ 200 policiers ont manifesté ce jeudi à Lyon, pour la troisième fois en quelques jours, en soutien à leur collègue de Seine-Saint-Denis mis en examen pour homicide volontaire, mais aussi pour revendiquer de meilleures conditions de travail, a constaté un journaliste de l'AFP.

Deux précédents rassemblements de policiers se sont déjà déroulés fin avril et mardi 1er mai, sur la place Bellecour, en plein centre de Lyon, toujours en soutien à ce policier de Noisy-le-Sec poursuivi pour homicide volontaire après avoir tué un multirécidiviste en fuite.

«On sanctionne plus durement les forces de l'ordre que les gars qu'on doit interpeller»

Ce jeudi, les policiers, en civil, s'étaient donné rendez-vous sur cette même place, avant de défiler tout autour aux cris de «Policiers en colère», et de bloquer ainsi la circulation. «Nous voulons afficher notre solidarité avec notre collègue qui ne devrait pas être mis en examen pour homicide volontaire», a expliqué à l'AFP un des policiers qui a tenu à rester anonyme, pour «éviter tout risque de sanction».

«Aujourd'hui, on sanctionne plus durement les forces de l'ordre que les gars qu'on doit interpeller tous les jours», a-t-il ajouté, exigeant par ailleurs «des moyens» pour que les policiers «puissent faire (leur) métier correctement». Pour le syndicat Unité-SGP, le rassemblement avait aussi pour but «d'exprimer le mécontentement des policiers sur les conditions de travail, le manque de moyens, la politique du chiffre», a expliqué son représentant régional, Thierry Clair.

«On demande aussi le respect de la notion de présomption d'innocence» pour les policiers, a ajouté Thierry Clair. De son côté, le syndicat Alliance, outre «des conditions de travail dignes de ce nom», revendique la «présomption de légitime défense" pour les policiers. A l'issue de la manifestation, les policiers, dont certains ont déploré la «récupération du mouvement spontané des policiers par les syndicats», ont chanté la Marseillaise.