Les parents du multirécidiviste tué par un policier, parties civiles

© 2012 AFP

— 

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a regretté vendredi que le parquet de Bobigny n'ait pas fait appel de la mise en examen pour "homicide volontaire" du policier qui a tué, ce week-end à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), un multirécidiviste en fuite.
Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a regretté vendredi que le parquet de Bobigny n'ait pas fait appel de la mise en examen pour "homicide volontaire" du policier qui a tué, ce week-end à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), un multirécidiviste en fuite. — Bertrand Langlois afp.com

Les parents d'Amine Bentounsi, le multirécidiviste recherché et tué le 21 avril en Seine-Saint-Denis par un policier mis en examen pour homicide volontaire, se sont portés parties civiles, a-t-on appris ce mercredi auprès de leur avocate. Les parents de la victime dénoncent les déclarations faites par l'avocat du policier», écrit Me Samia Maktouf dans un communiqué confirmant une information du Parisien.

Selon elle, «en totale violation du secret de l'instruction», l'avocat du jeune homme Daniel Merchat «a communiqué des éléments tronqués et faux visant à manipuler l'opinion publique». Dans une déclaration, Me Merchat avait affirmé que «le projectile» qui avait touché la victime avait «ricoché avant de le toucher, donc ce n'est pas un tir direct». Selon l'autopsie, la victime a été tuée par une balle reçue dans son dos.

Le policier met en avant la légitime défense

L'enterrement d'Amin Bentounsi a lieu mercredi à Meaux, où une marche blanche doit également avoir lieu en sa mémoire. Amine Bentounsi était recherché par la police et a été tué le soir du 21 avril par un policier. Ce gardien de la paix, qui a mis en avant la légitime défense, a été mis en examen pour homicide volontaire.

Depuis, les policiers ont organisé plusieurs rassemblements en solidarité avec leur collègue et pour réclamer une réforme de la légitime défense. Ils ont été reçus par les candidats à la présidentielle, le président sortant et candidat UMP Nicolas Sarkozy et son rival socialiste François Hollande.