Le love hotel excite les curiosités

TENDANCE Concept hérité du Japon, les chambres louées à l'heure se développent à Paris...

Delphine Bancaud

— 

Des préservatifs sont à disposition dans les chambres à thème de l'hôtel, situé dans un sex-shop de la rue Saint-Denis.
Des préservatifs sont à disposition dans les chambres à thème de l'hôtel, situé dans un sex-shop de la rue Saint-Denis. — Photos : A. GELEBART / 20 MINUTES

S'offrir un cinq à sept dans un lieu coquin avec son conjoint ou une sieste crapuleuse avec son amant… Un fantasme réalisable grâce au premier Love Hotel de Paris, qui fête sa première année. Le concept, hérité des Japonais, est simple: proposer une chambre à l'heure (25 euros) aux amateurs de moments libertins.

Une clientèle hétéroclite

Pour tenter l'expérience, mieux vaut ne pas avoir froid aux yeux car le Love Hotel est situé au sein du Club 88, un célèbre sex-shop de la rue Saint-Denis (1er arrondissement). Julie accueille les clients, qu'elle accompagne dans leur chambre, en toute discrétion.

«Il s'agit aussi bien de couples adultérins qu'officiels, venant pimenter leur vie sexuelle. Sans oublier les jeunes», précise-t-elle. Une clientèle décomplexée, comme ce couple de trentenaires qui demande une chambre, sourire aux lèvres. Pour donner une touche d'exotisme à leurs ébats, les clients ont le choix entre plusieurs univers. «La chambre africaine, vénitienne, japonaise, Bollywood, mille et une nuits, maritime… Cette diversité donne envie aux gens de revenir», explique Jo Khalifa, patron des lieux.

Les clients restent en moyenne deux heures

Les chambres, de 10 à 15 m2, transpirent la sexualité: le matelas n'est équipé que d'un simple drap-housse, sur la table de nuit sont disposés gel et préservatifs, un miroir est collé au plafond et un écran est positionné en face du lit pour permettre de visionner des DVD X. D'où les cris érotiques qui raisonnent dans le couloir… Après chaque passage, le ménage de ces lieux de plaisir est réalisé de fond en comble. «L'hygiène doit d'être irréprochable», insiste Jo Khalifa, qui n'hésite pas à faire visiter les chambres pour le prouver.

«En moyenne, les clients restent deux heures et en ressortent ravis», précise Julie en souriant. Et si au départ, le Love Hotel a eu du mal à se faire connaître, le bouche-à-oreille a vite fonctionné. «Son taux de remplissage est désormais de 50% et il est ouvert de 9h à 2h. Certains jours, comme à la Saint-Valentin, les chambres sont toutes occupées», se félicite Jo Khalifa. «On a bien conscience d'essuyer les plâtres avec ce premier Love Hotel, mais d'ici à quelques années, il y en aura beaucoup d'autres en France», assure-t-il.