Paris: Des habitants du 6e arrondissement financent les obsèques d'un SDF

FAIT DIVERS Jean-Marc Restoux était une vedette de Saint-Germain-des-Prés. Ses anciens amis et beaucoup d'anonymes se sont cotisés pour sa crémation...

Claire Béziau

— 

Des membres de l'association "Les Enfants de Don Quichotte", dont Jean-Marc Restoux (casquette) et Jean Rochefort.
Des membres de l'association "Les Enfants de Don Quichotte", dont Jean-Marc Restoux (casquette) et Jean Rochefort. — FRANCOIS MORI/AP/SIPA

«Il a vécu libre et il est mort libre. Il était notre père spirituel à moi et quelques autres. Quand on a appris son décès, on a décidé d’organiser ses obsèques, sans l’aide de l’Etat» Thibaut Schutze, 27 ans, est employé à L’Ecume des pages, boulevard Saint Germain. La librairie se trouve à deux pas du kiosque à journaux dont Jean-Marc Restoux avait fait son pré carré, entre le Café de Flore et les Deux Magots.

Militant et candidat aux municipales

Le SDF, reconnaissable à sa barbe blanche et à sa mèche rebelle, est décédé le 4 avril dernier d’un cancer. Depuis quelques années, il dormait à la résidence sociale d’Emmaüs, rue de Buci.

Militant des Enfants de Don Quichotte, il s’était porté candidat aux municipales de 2008, où il avait obtenu près de 4% des suffrages.

Les affiches placardées dans le quartier par Thibaut et ses amis demandent «deux ou trois euros» en référence à la formule employée par le défunt à longueur de journée. Elles se terminent par: «Aidez-nous à lui donner une sépulture honorable».

3.500 euros ont été récoltés

Pour Jean, au kiosque, la collecte est un pied de nez à l’Etat, qui se charge normalement de l’inhumation des SDF. «A force de se balader dans le quartier, Jean-Marc avait su fédérer un état d’esprit. Pendant vingt ans, il a été là tous les jours». Parmi ses soutiens, on compte Karl Lagerfeld, Frédéric Beigbeder, et de nombreux anonymes. «Un couple de Brésiliens qui le connaissaient à peine ont donné 300 euros» se réjouit Thibaut.

Bernard, vendeur à la boutique du Café de Flore, admet toutefois: «Il insultait parfois ceux qui ne lui donnaient pas, comme les femmes en manteau de fourrure. "Regarde ces bourgeoises!" disait-il. Il pouvait se montrer grossier ». Au Café de Flore, le ton est affable, mais on pointe son sale caractère. «Des fois, il insultait nos clients en terrasse, lorsque leurs têtes ne lui revenaient pas» lance un serveur. Un commerçant sur deux de ce quartier aisé aurait refusé de poser l’affiche de l’appel au don.

Aujourd’hui, près de 3.500 euros ont été récoltés. Assez pour la crémation, qui aura lieu ce jeudi au Père Lachaise, mais pas assez pour payer la concession de l’urne.

Après réception des derniers dons, un vote décidera du lieu où iront les cendres de Jean-Marc Restoux. Soit au Père Lachaise, soit dans le cimetière où repose déjà la mère du disparu.

 

Les obsèques de Jean-Marc Restoux auront lieu le jeudi 26 avril 2012 à 14h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris.

Une messe devrait être organisée début mai en l’église de Saint-Germain-des-Prés.