Recours contre la vente de l'hippodrome de Compiègne

VINCENT VANTIGHEM
— 
L'hippodrome du Putois à Compiègne est au cœur de la polémique.
L'hippodrome du Putois à Compiègne est au cœur de la polémique. — F. STEVENS / SIPA

C'est une question de principe. « Si on accepte la vente de cet espace, alors on accepte le fait que tout le patrimoine forestier peut être démantelé arbre par arbre », confie Philippe Berger. Selon nos informations, le secrétaire général du Syndicat unifié des personnels des forêts (Snupfen Solidaires) a envoyé, jeudi 19 avril, un recours au ministère du Budget pour faire annuler la vente de l'hippodrome de Compiègne jugée « litigieuse ». C'est Eric Woerth, l'un des prédécesseurs de Valérie Pécresse à la tête de ce ministère, qui avait autorisé, le 16 mars 2010, la cession de cette parcelle de forêt de 57 hectares. Depuis, deux enquêtes judiciaires sur les conditions de cette vente ont été ouvertes.

Le ministère a deux mois
pour répondre
En une quinzaine de pages, le recours du Snupfen – que 20 Minutes a pu consulter – demande à Valérie Pécresse d'« abroger l'arrêté ministériel » qui a permis la vente de cet hippodrome à la Société des courses de Compiègne. « Prix dérisoire », « absence d'appel à la concurrence » : les arguments du Snupfen étaient déjà connus. Cette fois-ci, le syndicat va plus loin dans sa réflexion en affirmant que la forêt de Compiègne relève en fait du « domaine public » et non de celui privé de l'Etat.
« La forêt est devenue le lieu de rencontre des randonneurs », peut-on lire dans ce recours. Des activités culturelles sont également proposées. » L'argument juridique est le suivant : pour céder un bien relevant du domaine public, l'Etat doit, au préalable, obtenir son « déclassement ». Ce qui n'a pas été fait dans le cas de Compiègne. « Désormais, le ministère a deux mois pour répondre, explique Edmond Frety, l'avocat du Snupfen. Sinon, la justice administrative sera saisie. Et si le ministre change, il aura à reprendre le dossier… » Joint lundi par 20 Minutes, le ministère du Budget a assuré n'avoir pas encore reçu ce recours.

conséquences

Si le recours est accepté, la vente sera annulée. L'Etat devra rembourser le montant de la vente à la Société des Courses de Compiègne. Cela devrait aussi donner du grain à moudre à la Cour de justice de la République qui enquête sur des soupçons de « prise illégale d'intérêts » visant Eric Woerth.