Paranormal: Des expériences «exceptionnelles»

PARANORMAL Des professionnels de la santé mentale se réunissent ce week-end à Paris...

Lucie Romano

— 

Vue aérienne d'un champs aux alentours de Rockville, aux Etats-Unis, le 5 juillet 2003.
Vue aérienne d'un champs aux alentours de Rockville, aux Etats-Unis, le 5 juillet 2003. — STEVE & GENE WINDHAM/AP/SIPA

Apparitions, hantises, déplacements inexpliqués d’objets… 30 à 50% des Européens disent dans plusieurs études avoir déjà vécu une expérience «exceptionnelle». Ce week-end, au siège parisien de l’Institut métapsychique international (IMI), dans le 10e, des professionnels de la santé mentale de plusieurs pays se pencheront sur des cas pratiques.

Des «illuminés» aux hypersceptiques

Tels que celui de Viviane, 54 ans. Elle a l’habitude de venir se reposer près de trois sapins sur son lieu de vacances. Un été, elle découvre que des bulldozers ont abattu les arbres. Prise de colère, elle formule le vœu «que les bulldozers du chantier tombent tous en panne et ne puissent plus poursuivre leur œuvre de destruction.» Son maléfice échoue, mais l’hiver suivant, elle apprend que des canons à neige ne veulent pas fonctionner à cet endroit, malgré plusieurs réparations, et pas plus l’année suivante. «Cela m’a laissé songeuse», rapporte-t-elle.

«Au-delà de la réalité avérée ou non de ces phénomènes, c’est le fait que les personnes les aient vécus comme étant vrais qui est importante», explique Renaud Evrard, membre du Groupe étudiants de l’IMI. «Nous sommes sur une ligne de crête entre les «illuminés» et les hypersceptiques, précise le pédopsychiatre des hôpitaux Paul-Louis Rabeyron, également membre du comité directeur de l’IMI. Notre approche se veut rationnelle, mais ouverte.» Pas besoin selon lui de qualifier trop vite les personnes témoignant de telles expériences de «psychotiques».