Un des frères d'Abdelkader Merah, mis en examen pour complicité d'assassinats dans l'enquête sur les tueries de Toulouse et Montauban, a affirmé devant les enquêteurs que ce dernier était antisémite et l'avait toujours été, a-t-on appris mardi de source proche du dossier.
Un des frères d'Abdelkader Merah, mis en examen pour complicité d'assassinats dans l'enquête sur les tueries de Toulouse et Montauban, a affirmé devant les enquêteurs que ce dernier était antisémite et l'avait toujours été, a-t-on appris mardi de source proche du dossier. — Kenzo Tribouillard afp.com

ENQUÊTE

Tueries de Toulouse et Montauban. Un frère d'Abdelkader Merah l'accuse d'être antisémite

bdelghani Merah a également indiqué aux enquêteurs que son frère avait poignardé sa belle-soeur...

Un des frères d'Abdelkader Merah, mis en examen pour complicité d'assassinats dans l'enquête sur les tueries de Toulouse et Montauban, a affirmé devant les enquêteurs que ce dernier était antisémite et l'avait toujours été, a indiqué ce mardi une source proche du dossier.

Abdelghani Merah, l'un des frères du «tueur au scooter» Mohamed Merah, a également accusé Abdelkader d'avoir poignardé sa belle soeur (l'épouse d'Abdelghani) parce qu'elle était d'origine juive, lors de cette audition, selon la même source. Ces accusations ont été rejetées mardi par Anne-Sophie Laguens, l'avocate d'Abdelkader Merah, qui est à l'isolement depuis le 25 mars à la maison d'arrêt de Fresnes.

«Abdelkader n'est pas antisémite et n'a poignardé personne»

«Abdelkader n'est pas antisémite et n'a poignardé personne», a déclaré à l'AFP Me Laguens. «Les deux frères ont des rapports compliqués», a-t-elle cependant concédé. Abdelkader Merah n'a jamais été condamné pour une infraction aggravée par la circonstance de la race ou de la religion, a-t-on par ailleurs indiqué mardi de source judiciaire.

>> L'interview de l'avocat de la compagne d'Abdelkader Merah est à lire par ici

Abdelkader et Abdelghani sont deux des frères de Mohamed Merah, «le tueur au scooter» âgé de 23 ans qui a froidement assassiné en mars sept personnes, dont trois enfants et un enseignant juifs et trois parachutistes, avant d'être abattu lors d'une intervention du Raid contre l'appartement où il s'était retranché.

Abdelkader Merah, 29 ans, avait été mis en examen le 25 mars, notamment pour complicité d'assassinats et association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme. S'il était connu des services de police pour son engagement de longue date en faveur d'un islam radical, il a réfuté tous les chefs d'inculpation, selon son avocate, qui avait indiqué le jour de sa mise en examen que son client ne voulait pas devenir le «bouc émissaire» des actes de son frère cadet.

>> En raison de nombreuses contributions ne respectant pas la charte de modération, nous avons été contraints de fermer cet article aux commentaires.

>> Nous vous invitons à réagir sur un article dédié ici et nous faire part de vos témoignages également via reporter-mobile@20minutes.fr