Le parking de Juvisy-sur-Orge où ont été tués Nathalie D. et Jean-Yves B., les deux premières victimes des meurtres en série dans l'Essonne.
Le parking de Juvisy-sur-Orge où ont été tués Nathalie D. et Jean-Yves B., les deux premières victimes des meurtres en série dans l'Essonne. — J.MARS/JDD/SIPA

FAITS-DIVERS

Essonne: Deux suspects interpellés dans l'affaire des meurtres en série

L'un des deux interpellés est qualifié de «très sérieux»...

Deux suspects, dont un considéré comme «très sérieux», ont été interpellés samedi après-midi dans le cadre de l'enquête sur une série de quatre meurtres commis depuis novembre en Essonne, près de Paris, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

Le premier suspect, présenté par cette source comme ayant des troubles psychologiques, a pu être identifié «grâce au signalement de la moto» utilisée par le ou les auteurs de ces meurtres, a précisé le ministre de l'Intérieur. Une moto de marque Suzuki bleue et blanche, de modèle GSX-R 750 ou 1000 dont il possède justement un exemplaire. Ce deux-roues «aurait été retrouvé» lors de l'opération de samedi, selon une source proche de l'enquête.

Un peu plus tard dans la journée, un «deuxième suspect a été interpellé à Paris», a-t-on indiqué place Beauvau.

Un premier suspect avait reconnu les faits... avant de se rétracter

Une centaine d'enquêteurs sont mobilisés et des centaines d'autres policiers procèdent à des contrôles routiers pour tenter de résoudre cette affaire. Cet important dispositif policier a été mis en place après un quatrième meurtre la semaine dernière à Grigny. Le cas de cette femme abattue avec un pistolet semi-automatique de calibre 7,65 a amené les autorités à découvrir que la même arme avait déjà servi à commettre trois autres crimes dans le département francilien depuis novembre.

La série est une énigme puisqu'un homme, ex-ami de la victime, avait été incarcéré après le premier meurtre, après avoir reconnu les faits. Il est pour l'instant maintenu en détention mais doit être prochainement réentendu. Il s'est rétracté depuis ses premiers aveux.

Outre la laborantine tuée le 27 novembre, un ingénieur de 51 ans a été assassiné le 21 février dernier à Juvisy-sur-Orge. Le 19 mars, un retraité de 81 ans a été abattu dans le hall de son immeuble à Ris-Orangis, une commune voisine, par un homme qui semblait l'attendre. Enfin, le 5 avril, une femme de 47 ans a été tuée de nouveau dans un hall d'immeuble à Grigny.