Un Algérien expulsé veut attaquer Guéant en justice

Reuters

— 

Un Algérien expulsé début avril par le ministre français de l'Intérieur Claude Guéant, qui l'a présenté comme un islamiste radical, va demander l'annulation de l'arrêté le visant, a annoncé ce vendredi son avocat. Ali Balhadad entend également attaquer le ministre en diffamation, précise Me Eric Plouvier dans un communiqué.

L'Algérien expulsé «s'inscrit en faux contre le communiqué du ministère de l'Intérieur relatif à cette expulsion (..) dans lequel il est présenté à tort et contrairement à ce qui figure dans la motivation de l'arrêté, comme un 'condamné pour son rôle dans les attentats de Marrakech en 1994», dit le texte. Ali Balhadad dément également avoir entretenu des relations avec deux vétérans de camps d'entraînement d'Al-Qaida. Il souligne être le père de deux filles citoyennes françaises âgées de 13 et 11 ans, travailler en France et y payer ses impôts.

La France avait annoncé le 2 avril sa décision d'expulser cinq imams ou militants de diverses nationalités considérés comme des islamistes radicaux pour atteinte aux intérêts fondamentaux de l'Etat. Ces expulsions faisaient suite à un coup de filet dans la mouvance islamiste, une mesure prise quelques jours après la mort de Mohamed Merah, l'auteur des sept meurtres commis fin mars à Toulouse et Montauban et se revendiquant d'Al-Qaida. Plusieurs candidats à l'élection présidentielle avaient dénoncé une agitation électoraliste à l'approche du premier tour.