Bettencourt: Patrice de Maistre a fait appel de son maintien en détention

© 2012 AFP

— 

L'ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt Patrice de Maistre a fait appel vendredi de son maintien en détention ordonné la veille par le juge des libertés et de la détention (JLD) de Bordeaux, a-t-on appris de source proche du dossier.
L'ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt Patrice de Maistre a fait appel vendredi de son maintien en détention ordonné la veille par le juge des libertés et de la détention (JLD) de Bordeaux, a-t-on appris de source proche du dossier. — Fred Dufour afp.com

L'ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, a fait appel ce vendredi de son maintien en détention ordonné la veille par le juge des libertés et de la détention (JLD) de Bordeaux, a-t-on appris de source proche du dossier.

Il est incarcéré depuis le 23 mars à la maison d'arrêt de Gradignan, près de Bordeaux. De même source, l'examen de cet appel par la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Bordeaux pourrait avoir lieu dans la semaine du 23 au 29 avril. Me Christophe Cariou-Martin, un de ses avocats, a indiqué à l'AFP que ces derniers sont «toujours aussi déterminés» à obtenir une liberté «qui doit être la décision de raison» dans cette affaire.

Un «système» de circulation de l'argent en vigueur «depuis 40 ans»

Patrice de Maistre, 63 ans, déjà mis en examen le 15 décembre pour abus de faiblesse aux dépens de Liliane Bettencourt, complicité d'abus de confiance et escroquerie aggravées, et pour blanchiment, a été mis en examen en outre pour abus de biens sociaux le 22 mars, avant d'être placé en détention provisoire le lendemain. Les juges s'interrogent notamment sur ce qu'il a fait des quatre millions d'euros de Liliane Bettencourt qu'il a fait rapatrier entre 2007 et 2009 depuis un compte en Suisse.

Patrice de Maistre assure avoir remis l'argent à la milliardaire. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux a rejeté le 30 mars une première demande de remise en liberté. La veille, l'audience s'était tenue en public, malgré une demande contraire du parquet, donnant l'occasion à Patrice de Maistre d'évoquer un «système» de circulation de l'argent chez les Bettencourt, en vigueur «depuis 40 ans» selon lui. La future audience devrait, selon toute logique, être publique également.