Stains: Les travaux d'extension du local pointés du doigt, les gardes à vue prolongées

FAITS-DIVERS L'effondrement d'un plancher dans un lieu de culte évangélique a causé la mort d'une fillette de 6 ans dimanche...

N. Be., avec agences

— 

Les secours après l'effondrement d'un plancher dans un lieu de culte évangélique de Stains, en Seine-Saint-Denis, le 8 avril 2012.
Les secours après l'effondrement d'un plancher dans un lieu de culte évangélique de Stains, en Seine-Saint-Denis, le 8 avril 2012. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Une information judiciaire sera confiée mardi à un juge d'instruction sur l'effondrement d'un plancher dans un lieu de culte évangélique de Stains, a annoncé lundi le parquet de Bobigny, qui va prolonger la garde à vue du gérant, ainsi que du pasteur qui organisait la célébration.

Le pasteur et le propriétaire en garde à vue

Une fillette de 6 ans est décédée et deux personnes ont été grièvement blessées lors de l'accident survenu au premier étage du lieu de culte, fréquenté par la communauté haïtienne, où étaient rassemblés plus de 100 fidèles à l'occasion du dimanche de Pâques. Le pronostic vital de la fillette de 2 ans et de la femme de 42 ans, hospitalisées respectivement à l'hôpital Necker à Paris et à l'hôpital Beaujon de Clichy, restait engagé lundi matin, a-t-on appris auprès de la préfecture de Seine-Saint-Denis.

Une enquête avait été ouverte pour «homicides involontaires et blessures involontaires aggravés» et deux personnes, le pasteur de la communauté ainsi que le propriétaire du bâtiment, ont été placées en garde à vue.

Les travaux d'extension illégaux en cause?

Peu après l'accident, des élus locaux ont exprimé des doutes sur la conformité de ce local, situé dans un bâtiment d'une zone industrielle à la limite de Stains et de Pierrefitte-sur-Seine. S'ils étaient en apparence en bon état, les locaux «n'étaient pas faits pour ce genre de manifestations», a indiqué Michel Beaumale, maire PCF de Stains. Michel Fourcade, le maire PS de Pierrefitte-sur-Seine, a précisé que le bâtiment, situé dans une zone industrielle, était «prévu pour abriter des bureaux».

Lundi, le maire PCF de la commune, Michel Beaumale, a même affirmé que des travaux d'extension avaient été réalisés sans autorisation sur le local de Stains utilisé comme lieu de culte évangélique. Le premier magistrat de la ville assure avoir signalé ces faits en juillet 2010 au parquet de Bobigny.