Un forcené dit vouloir «buter des flics comme Mohamed Merah»

LES FAITS L'homme s'est rendu finalement à la police, sans opposer de résistance...

avec AFP

— 

L'homme qui s'était retranché dans son appartement du nord de Paris après avoir menacé de faire "comme Merah" s'est rendu sans opposer de résistance vers 12H15, a-t-on appris de source policière.
L'homme qui s'était retranché dans son appartement du nord de Paris après avoir menacé de faire "comme Merah" s'est rendu sans opposer de résistance vers 12H15, a-t-on appris de source policière. — Alexander Klein afp.com

>> Dernière info: le forcené se serait rendu à la police, lire les dernières infos

La police tentait d'interpeller dimanche matin un homme, sans doute retranché dans son appartement du 17e arrondissement à Paris. Le forcené dit vouloir faire «comme Mohamed Merah», le tueur au scooter de Toulouse, selon des sources policières.

La Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de la préfecture de police, ainsi que des effectifs de brigades anticriminalité ont été dépêchés sur place après un coup de fil menaçant de l'occupant de l'appartement, a ajouté une des sources sans être en mesure de préciser si l'homme était armé.

Le quartier est bouclé depuis 10h15, selon une journaliste de BFM TV dépêchée sur place. Un magistrat était également sur place et le gaz a été coupé dans l'appartement, où serait l'homme. Aucun bruit n'était toutefois entendu à l'intérieur de l'appartement, selon une source proche de l'enquête.

L'homme vit seul et est connu de la police

Selon une des sources, l'homme avait auparavant appelé le commissariat, tenant des propos décousus, et affirmant avoir l'intention de «buter des flics comme Merah».

Agé de 41 ans selon une source proche de l'enquête, l'homme vit seul au 1er étage de cet immeuble en briques rouges qui en compte sept, ont dit des voisins à l'AFP. Au rez-de-chaussée se trouve une boucherie halal.

«Il a déjà eu des problèmes avec d'autres gens de l'immeuble. Des fois, il a été menaçant», a affirmé une voisine à une journaliste de l'AFP, qui ne souhaite pas être citée.