La culture musulmane s'invite au Bourget

RELIGION La 29e rencontre annuelle des musulmans de France, organisée par l'Union des organisations islamiques de France, s'ouvrait ce vendredi au Bourget. «20Minutes» y était...

Mathieu Gruel
— 
De nombreux livres sur l'Islam sont disponibles à la vente lors de la Rencontre annuelle des musulmans de France, qui se déroule du 6 au 9 avril au Bourget
De nombreux livres sur l'Islam sont disponibles à la vente lors de la Rencontre annuelle des musulmans de France, qui se déroule du 6 au 9 avril au Bourget — 20minutes.fr

«Je vais essayer d'y rester pendant les quatre jours, inch’Allah». Le public se presse doucement, ce vendredi après-midi, dans les allées du parc des expositions du Bourget, près de Paris. La 29e Rencontre annuelle des musulmans de France y ouvre ses portes jusqu'à lundi, sous un chaud soleil et dans un contexte particulier. L'affaire Merah et l’interdiction pour quatre prédicateurs de participer à ce rendez-vous sont encore dans les mémoires.

«Le bon musulman il tient à son pays»

A l'entrée de l'espace des expositions, et alors que la prière du vendredi se déroule un peu plus loin, beaucoup se laissent aller à leur petit commentaire. «Merah, c'est un problème marginal, le bon musulman il ne fait pas ce genre de chose, il tient à son pays», confie Khalil. Le reste n'est que «du spectacle, de la récupération politique» explique-t-il.

Venu comme chaque année, il a prévu d'aller écouter «ce qui est spirituel, voir les prédicateurs». Ce professeur d'économie, «bien intégré» dit vivre sa religion «sans souci», malgré les récents événements. Sa femme, elle, a prévu d'aller passer plus de temps dans le grand hall, «voir les robes de mariée, pour la famille».

Poupées voilées et coupe-légumes

Car entre les interventions des prédicateurs et les conférences, place au shopping. Poupées voilées, livres, robes, pâtisseries… Le grand hall a des allures de foire géante. On y trouve de tout, du démonstrateur de coupe-légumes au vendeur de mobile, en passant par les robes en provenance directe de Dubaï. Un must à en croire la file d'attente qui se dresse devant le stand.

Dans les allées, ça parle arabe, français, allemand… Le rassemblement draine une foule venue d'un peu partout. «L'année dernière, 150.000 personnes étaient venues. Mais cette fois, on ne sait pas si les récents événements vont faire une publicité positive ou négative», confie une des bénévoles de l'organisation.

Une édition pas tout à fait comme les autres

Kamel, lui, n'a pas hésité. Il est venu comme tous les ans, «surtout pour les débats, pour écouter ce qui se dit et pour l'ambiance». Mais entre deux conférences, il déambule dans les allées, où les stands finissent de se monter en ce milieu de vendredi après-midi. «Le gros rush ce sera samedi et dimanche», prévient une bénévole croisée dans les allées.

A l'extérieur, des petits groupes de jeunes ou des familles affluent tranquillement. Le flot des visiteurs s'écoule sous l'œil des forces de l'ordre, discrètes mais bien présentes aux abords du site. De nombreux journalistes sont là aussi, «le double par rapport à l'année dernière», sourit une des membres de l'organisation. Preuve que cette édition n'est pas tout à fait comme les autres.

Qu'importe. «Moi je suis venu pour m'informer sur ma religion, apprendre des choses et rencontrer des gens. J'attends la conférence sur «La Femme dans le printemps arabe» avec impatience, détaille une jeune femme. Pour elle, aucun doute possible: «Apprendre de l’autre, c’est déjà mieux le comprendre.»