LE RECTORAT de créteil SOUS LEs CRITIQUES

WILLIAM MOLINIé

— 

L'enseignant de la maternelle de Chateaubriand à Créteil aurait abusé de trois enfants.
L'enseignant de la maternelle de Chateaubriand à Créteil aurait abusé de trois enfants. — v. Wartner / 20 Minutes

Douze jours après la mise en examen d'un enseignant pour « agressions sexuelles », une cellule de crise a été ouverte lundi dans la maternelle Chateaubriand de Créteil (Val-de-Marne). Les parents des trois fillettes qui ont accusé de pédophilie l'instituteur de cette école devaient par ailleurs être reçus en début de soirée par le recteur, qu'ils rencontraient pour la première fois. Elles ont dénoncé « l'inertie », le manque de prise en charge et le silence de ses services.
L'instituteur en moyenne section de maternelle et père de famille de 48 ans n'avait jusque-là, selon le rectorat, présenté « aucune difficulté ». « Il n'y avait rien dans son dossier », a précisé William Marois, le recteur de l'académie de Créteil. Placé en garde à vue le 19 mars, mis en examen le 21 puis relâché sous contrôle judiciaire, l'homme, suspendu par le rectorat, avait pourtant reconnu « certains faits », d'après le parquet de Créteil, qui avait requis son placement en détention provisoire.

Une enquête administrative lancée
« Les parents d'élèves et l'encadrement de l'école maternelle ont été tenus volontairement à l'écart pendant l'instruction pour garantir la spontanéité et la fiabilité des déclarations des enfants », assure une source judiciaire.
Le rectorat a-t-il tardé à réagir ? « Mieux vaut tard que jamais », a laconiquement répondu William Marois, précisant toutefois que l'Education nationale n'avait connu aucun « dysfonctionnement ».
De son côté, Luc Chatel, le ministre de l'Education nationale, a assuré qu'il allait solliciter « l'inspection générale » et lancer une enquête administrative. « On va examiner la procédure depuis que nous avons appris le drame. […] J'ai besoin de savoir si, à tous les échelons, il y a eu les réponses appropriées à la gravité de la situation. Vis-à-vis des parents, c'est important qu'on leur dise ce qui s'est passé », a-t-il déclaré.