Opérations dans les milieux islamistes: Claude Guéant annonce cinq nouvelles expulsions

IMMIGRATION Deux militants et trois imams étrangers, déjà connus des services du ministère de l'Intérieur, font l'objet d'une mesure d'expulsion vers leur pays d'origine...

Julien Ménielle

— 

Claude Guéant à Paris, le 9 janvier 2012.
Claude Guéant à Paris, le 9 janvier 2012. — REVELLI-BEAUMONT/SIPA

Cinq personnes, présentées comme des «islamistes radicaux étrangers», vont être expulsées, a indiqué ce lundi le ministère de l’Intérieur. Des décisions prises par Claude Guéant, «en application des décisions du président de la République visant à accélérer (c)es procédures».

Parmi les expulsés, deux «militants islamistes» accusés d’avoir «repris des relations assidues avec la mouvance islamiste radicale» pour l’un (déjà renvoyé dans son pays d’origine) et de «promouvoir publiquement le rejet du monde occidental et le meurtre des personnes qui se détourneraient de l’Islam» pour l’autre.

Hyperactivité depuis l’affaire Merah

Les trois autres personnes visées par ces procédures sont des imams, accusés d’être trop radicaux dans leurs prêches. Deux d’entre eux attendent d’être expulsés, le dernier étant déjà reparti au Mali. Plus tôt dans la journée, la France a appelé ses ressortissants à quitter ce pays, actuellement théâtre d’un coup d’état.

Depuis l’affaire Mohamed Merah, Nicolas Sarkozy a entrepris une opération visant les milieux islamistes. Plusieurs interpellations ont eu lieu vendredi et quatre prédicateurs conviés au rassemblement annuel de l'Union des organisations islamistes de France se sont vus interdire l’entrée sur le territoire. Le ministère de l’Intérieur annonce que «d’autres mesures d’expulsion interviendront prochainement».