Coup de filet dans les milieux islamistes: Achamlane réfute toute intention terroriste

ENQUÊTE e leader de Forsane Alizza a été interpellé vendredi ainsi que 16 autres personnes...

N. Bg. avec AFP

— 

Mohamed Achamlane, leader de Forsane Alizza, groupe salafiste radical dissous en février, interpellé vendredi avec 16 autres islamistes radicaux en France, réfute "toute intention terroriste" dans un entretien de son avocat au quotidien Presse-Océan publié samed
Mohamed Achamlane, leader de Forsane Alizza, groupe salafiste radical dissous en février, interpellé vendredi avec 16 autres islamistes radicaux en France, réfute "toute intention terroriste" dans un entretien de son avocat au quotidien Presse-Océan publié samed — Fred Dufour afp.com

Mohamed Achamlane, leader de Forsane Alizza, groupe salafiste radical dissous en février, interpellé vendredi avec 16 autres islamistes radicaux en France, réfute «toute intention terroriste» dans un entretien de son avocat au quotidien Presse-Océan publié samedi.

 

«Mon client réfute fermement avoir jamais participé de près ou de loin à une quelconque entreprise terroriste», a déclaré Me Benoit Poquet au journal Presse-Océan. Il «conteste fermement avoir un quelconque lien avec Mohamed Merah», le tueur au scooter de Montauban et Toulouse, a-t-il ajouté.

«Tentative de récupération médiatique et politique»

Enfin Mohamed Achamlane, interpellé vendredi à son domicile de la commune de Bouguenais, au sud-ouest de Nantes après plus de six heures de perquisition des hommes du Groupe d'intervention de la police nationale (GIPN), «réfute tout amalgame et dénonce la tentative de récupération médiatique et politique, oportunément orchestrée en pleine période électorale», selon son avocat.

Dix-neuf personnes, dont trois femmes, ont été interpellées: cinq en Ile-de-France, quatre dans la région nantaise, quatre dans l'agglomération lyonnaise, autant en Provence-Alpes-Côte d'Azur et deux à Toulouse.

>> Retrouvez tous les événements de la journée par ici

>> En raison de nombreuses contributions ne respectant pas la charte de modération, nous avons fermé cet article aux commentaires.

Notre billet de blog vous explique pourquoi. Vous pouvez nous faire part de vos témoignages via reporter-mobile@20minutes.fr