Grève contrôleurs aériens: 20% des vols supprimés lundi et mardi à Orly

© 2012 AFP

— 

La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a annoncé vendredi qu'elle demandait aux compagnies aériennes de supprimer 20% de leurs vols lundi et mardi au départ ou à l'arrivée d'Orly, en raison d'un appel à la grève de trois syndicats de contrôleurs aériens.
La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a annoncé vendredi qu'elle demandait aux compagnies aériennes de supprimer 20% de leurs vols lundi et mardi au départ ou à l'arrivée d'Orly, en raison d'un appel à la grève de trois syndicats de contrôleurs aériens. — Aurore Marechal afp.com

La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a annoncé ce vendredi qu'elle demandait aux compagnies aériennes de supprimer 20% de leurs vols lundi et mardi au départ ou à l'arrivée d'Orly, en raison d'un appel à la grève de trois syndicats de contrôleurs aériens. La CGT, la CFDT et l'Unsa de l'aviation civile ont déposé un préavis de grève pour lundi et mardi pour s'opposer à un plan de restructuration des services de contrôle aérien de province, qui impliquerait une diminution des effectifs. Selon la DGAC, l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle ne sera pas touché.

«Des perturbations sont à prévoir sur l'ensemble du territoire», a indiqué à l'AFP un porte-parole de la DGAC. Les syndicats appellent à la grève dénoncent un plan visant à fermer «la moitié des services de contrôle d'approche en France métropolitaine avec leurs services supports et de maintenance, la totalité des services régionaux d'information de vol et une partie du contrôle d'aérodrome».

«Lourdes menaces sur les conditions de travail des agents»

Les services chargés de la sécurité et du contrôle du trafic aérien dans des villes comme Mulhouse, Biarritz, Metz-Nancy ou encore Beauvais sont «directement menacés de délocalisation ou de fermeture», avance l'Usac-CGT, qui déplore également que la politique de la DGAC fasse «peser de lourdes menaces sur les conditions de travail des agents en organisant le sous-effectif».

Le SPAC-CFDT (syndicat CFDT des personnels de l'aviation civile) appelle également à la grève pour demander à la direction de cesser d'appliquer «de manière aveugle» la RGPP, soit le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant en retraite, fait «sur le dos des conditions d'emploi des personnels et des services». La DGAC explique sa volonté de restructurer ses services par l'évolution des besoins, une coordination européenne accrue, la RGPP et la modernisation des technologies.