Quatre prédicateurs musulmans interdits de séjour en France

RELIGION Ils devaient participer à un congrès la semaine prochaine...

Avec Reuters
— 
Des personnes devant un stand de la 25ème rencontre annuelle des musulmans de France, le 8 mai 2008 au Bourget (Seine-Saint-Denis).
Des personnes devant un stand de la 25ème rencontre annuelle des musulmans de France, le 8 mai 2008 au Bourget (Seine-Saint-Denis). — P.HERTZOG / AFP

La France a décidé d'interdire l'entrée sur son territoire de quatre prédicateurs musulmans de renom, soulignant que leurs positions et propos «dans le contexte actuel, représentent un fort risque de troubles à l'ordre public».

Akrima Sabri, ex-grand mufti de Palestine, le théologien saoudien Ayed Ben Abdallah Al Qarni, l'imam égyptien Safouat Al Hidjazi, et Abdallah Basfar, grand imam en Arabie et récitateur du Coran, étaient invités au congrès de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), prévu du 6 au 9 avril au Bourget (Seine-Saint-Denis).

Ces personnes se sont vu «refuser ou retirer la possibilité de se rendre sur le territoire français», annoncent ce jeudi dans un communiqué commun les ministres français des Affaires étrangères et de l'Intérieur.

Des positions et des propos «qui appellent à la haine et à la violence»

Cheikh Youssef Al Qaradaoui, religieux qatari d'origine égyptienne considéré comme le plus influent théologien du monde arabe, et le prédicateur égyptien cheikh Mahmoud Al Masri «ont, quant à eux, renoncé à venir», précisent Alain Juppé et Claude Guéant.

«Les positions et les propos tenus par ces personnes qui appellent à la haine et à la violence portent gravement atteinte aux principes de la République et, dans le contexte actuel, représentent un fort risque de troubles à l'ordre public», déclarent les ministres.

La venue de Tariq Ramadan regrettée

Ils ajoutent regretter la venue de l'islamologue suisse Tariq Ramadan «dont les positions et les propos sont contraires à l'esprit républicain». Cette décision intervient une semaine après la mort, lors d'une opération policière à Toulouse, de Mohamed Merah, l'auteur des tueries de Montauban et Toulouse.

«Alors que la France est frappée par des extrémistes qui l'attaquent au nom de d'idéologies ou de croyances dévoyées» il est capital que la liberté d'expression s'exerce «dans le cadre de la loi et dans le respect des valeurs fondamentales qui sont les nôtres», soulignent Alain Juppé et Claude Guéant.

Propos antisémites et justifiant le terrorisme

Le Parti socialiste et le Front national avaient dénoncé la semaine dernière la venue annoncée de Youssef Al Qaradaoui et Mahmoud Al Masri, dans un climat de vive tension en France après les attaques terroristes de Toulouse et Montauban.

Youssouf Al Qaradaoui, dirigeant spirituel des Frères musulmans dans le monde, intervient régulièrement sur la chaîne de télévision qatarie Al-Jazira. Il est connu pour de violents propos antisémites ou justifiant le terrorisme. Le salafiste Mahmoud Al Masri défend, lui aussi, un islam rigoriste sur des chaînes de télévision arabes.