Capture d'écran d'une Google map d'Yssingeaux, en Haute-Loire.
Capture d'écran d'une Google map d'Yssingeaux, en Haute-Loire. — Google

ENQUÊTE

Lycéenne tuée à Yssingeaux: Le suspect accusé de «viol aggravé» et «homicide volontaire»

'homme aurait agi seul, sous l'emprise de stupéfiants...

Le suspect de 35 ans qui a avoué le meurtre d'une lycéenne de 18 ans en Haute-Loire est accusé de «viol aggravé» et «homicide volontaire», a annoncé ce jeudi le parquet de Clermont-Ferrand. «Ces infractions de nature criminelle sont "séquestration suivie de mort", "viol aggravé" par le fait que l'auteur était sous l'emprise de produits stupéfiants, et "homicide volontaire", aggravé par le fait qu'il suivait le crime de viol», a déclaré lors d'une conférence de presse le procureur de la République à Clermont-Ferrand, Pierre Sennes. Le suspect devait être mis en examen en fin de journée. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Séquestrée «dans un climat de violence»

La lycéenne de 18 ans avait été retrouvée morte mardi près d'Yssingeaux (Haute-Loire) sur les indications de cet homme. Le parquet évoquait jusqu'ici «une agression sexuelle» suivie d'un coup mortel porté à la tête. Lors des faits, il était sous l'empire de stupéfiants, ayant consommé une grande quantité de cannabis, selon le parquet. Cet homme au casier judiciaire vierge avait avoué mardi «avoir agressé» la jeune Gala avec laquelle il avait passé, en compagnie d'amis, la soirée de dimanche à lundi. Il dit l'avoir tuée après l'avoir emmenée à son domicile, à Yssingeaux.

Il avait ensuite, selon ses déclarations, chargé le corps dans sa voiture avant de l'abandonner dans une forêt proche d'Yssingeaux. Le corps de la jeune fille avait été retrouvé près d'un cours d'eau au lieu-dit Les Eygats, à demi enterré et recouvert par des branchages, selon une source proche de l'enquête. «Entre dimanche soir à une heure avancée de la soirée jusqu'au lundi aux alentours de 22h-23h, Gala (...) a été séquestrée dans l'appartement du mis en cause», séquestration qui «s'est déroulée dans un climat de violence», a ajouté le procureur.

«Nous considérons qu'il a agi seul»

En fin de soirée dimanche «il lui avait proposé de la raccompagner chez elle et en réalité il l'avait emmenée chez lui, dans son appartement, sous la contrainte et sous la violence», a souligné Pierre Sennes. Pendant cette séquestration, «il y a eu des agressions sexuelles qui sont qualifiées de viol dans le réquisitoire introductif du parquet», a-t-il dit. Après sa mort, «il a eu l'intention de dissimuler son crime en allant cacher le corps dans une forêt à quelques kilomètres d'Yssingeaux en l'enterrant, en faisant un trou et en le recouvrant de branchages», a expliqué le procureur.

«En l'état actuel des investigations, nous considérons qu'il a agi seul», a-t-il encore indiqué. Le suspect «donne des explications confuses. Il a dit qu'il s'est rendu compte de la gravité des faits qu'il commettait» et a pensé un temps à libérer sa victime avant d'«aller jusqu'au bout», a-t-il dit. Au lycée, une cellule de soutien psychologique aux élèves et aux équipes pédagogiques, mise en place dès mardi soir, était toujours sur place jeudi. Une marche blanche en soutien à la famille de Gala aura lieu mardi à 10h30 à Yssingeaux, selon le maire de la ville, Bernard Gallot.