Le corps de Mohamed Merah se trouve toujours à Toulouse

TUEUR AU SCOOTER Les autorités algériennes n'ont toujours pas délivré de permis pour que le corps du tueur de Toulouse et Montauban soit rapatrié...

Vincent Vantighem
— 
Photo montrant Mohamed Merah, l'auteur présumé des tueries de Toulouse et Montauban en mars 2012.
Photo montrant Mohamed Merah, l'auteur présumé des tueries de Toulouse et Montauban en mars 2012. — SIPA

«Je pars à Toulouse. La communauté est en émoi. Les rumeurs les plus folles circulent.» Juste avant de s’engouffrer dans un TGV à destination de la Ville rose, Abdallah Zekri nous a confirmé que les autorités algériennes n’avaient toujours pas délivré de permis pour que le corps de Mohamed Merah soit rapatrié dans son pays d’origine. Une semaine après l’assaut du Raid sur l’appartement de la rue du Sergent-Vigné, «le corps est toujours à Toulouse, à l’hôpital Rangueil», a expliqué Abdallah Zekri.

Souagui pour dernière demeure

Conseiller à la grande mosquée de Paris et membre du Conseil régional du culte musulman dans la région Midi-Pyrénées, Abdallah Zekri a été désigné pour gérer le dossier des obsèques du «tueur au scooter». En début de semaine, ce sujet avait créé un début de polémique après que le frère de Mohamed Merah a annoncé son souhait de le voir inhumer en France. Finalement, il devrait être enterré à Souagui, à 150 kilomètres au sud d’Alger. C’est d’ailleurs le maire de Souagui lui-même qui doit délivrer le permis permettant de transférer le corps du jeune homme de 23 ans en Algérie.

Folles rumeurs

«Comme cela tarde, les rumeurs les plus folles circulent à Toulouse», répète Abdallah Zekri. Interrogé par 20 Minutes sur la teneur de ses rumeurs, le responsable religieux confie que certains membres de la communauté s’interrogent désormais sur le lieu de sépulture. «Ils pensent que l’Algérie n’en veut pas. Et donc, ils disent que la France ne doit pas en vouloir non plus… Certains estiment qu’il doit être incinéré. Mais la religion musulmane ne le permet pas…»

>> En raison de   nombreuses contributions ne respectant pas la charte de modération,  nous  avons fermé cet article aux commentaires. Notre billet de blog vous explique pourquoi. Vous pouvez nous faire part de vos témoignages via reporter-mobile@20minutes.fr