Lycéenne tuée à Yssingeaux: Que sait-on du drame?

ENQUÊTE ala Mulard a été retrouvée morte mardi après-midi...

Julien Ménielle

— 

Capture d'écran d'une Google map d'Yssingeaux, en Haute-Loire.
Capture d'écran d'une Google map d'Yssingeaux, en Haute-Loire. — Google

Qui est la victime?

Gala Mulard a 18 ans, elle était scolarisée avec son frère cadet au lycée agricole d'Yssingeaux, dans la Haute-Loire, en deuxième année de BEP de soigneur, aide-animateur aux métiers du cheval. Elle était originaire des Yvelines, en région parisienne.

Quand a-t-elle disparu?

La disparition a été signalée à la gendarmerie lundi soir par la mère de la victime, qui vit toujours à Triel-sur-Seine et a tenté en vain de la joindre toute la journée. La jeune fille ne s’était pas rendue en cours de la journée, son chien était également introuvable.

Qui est le suspect?

Il s’agit d’un homme de 35 ans, vivant à Yssingeaux, qui a avoué le crime. Le suspect, «plus ou moins forestier» selon les enquêteurs, n’était pas connu des services de police. Sa garde à vue a été prolongée, il sera présenté jeudi au pôle de l'instruction du parquet de Clermont-Ferrand.

La victime le connaissait-elle?

Le suspect connaissait Gala depuis quelques jours, selon les premiers éléments de l’enquête. Ils auraient passé la soirée de dimanche ensemble. Un temps évoquée, l'hypothèse d'une soirée en discothèque a été démentie par l'établissement de nuit de la commune d'Yssingeaux, qui a précisé à 20 Minutes ne pas être ouvert le dimanche. Selon les derniers éléments de l'enquête ils auraient passé la soirée chez des amis.

Que s’est-il passé?

Après la soirée, le suspect aurait proposé à Gala de la raccompagner à l’appartement qu’elle louait à Yssingeaux, mais l’aurait finalement conduite chez lui. Un de ses voisins a admis avoir entendu dans la nuit «une fille ou femme» crier «"au secours, aidez-moi"».

Il a admis avoir frappé Gala à la tête avec une bouteille puis avoir dissimulé son corps dans un drap avant de l’emmener en forêt, où le corps a été découvert partiellement enterré mardi après-midi conformément à ses indications. L’autopsie pratiquée ce mercredi devra déterminer s’il y a eu agression sexuelle, ainsi que les causes de la mort.