Affaire Mohamed Merah: La police sur la piste d'un possible «troisième homme» lors du vol de scooter

ENQUÊTE l n'a pas encore été identifié...

Vincent Vantighem et William Molinié

— 

La police scientifique éffectue des relevés devant le collège juif Ozar Hatorah où a eu lieu une fusillade tuant quatre personnes dont trois enfants à Toulouse. Lundi 19 mars 2012.
La police scientifique éffectue des relevés devant le collège juif Ozar Hatorah où a eu lieu une fusillade tuant quatre personnes dont trois enfants à Toulouse. Lundi 19 mars 2012. — FRED SCHEIBER/20 MINUTES

La police est sur la piste d'un possible «troisième homme» qui aurait participé au vol du scooter ayant servi lors des tueries de Toulouse et Montauban, ont indiqué des sources policières à l'AFP. 

Contactée par 20 Minutes, la Direction centrale de la police judiciaire n’a pas voulu confirmer l’information. Entendu dimanche par un juge d’instruction, Abdelkader Merah aurait lui-même reconnu que trois hommes étaient présents, le 6 mars, lors du vol du puissant deux-roues Yamaha T-Max. «Abdelkader était avec son frère et un troisième homme dans une voiture, nous assure une source proche de l’enquête. Mohamed lui aurait dit de le déposer à un coin de la rue et de l’attendre. Il serait revenu environ un quart d’heure après avec le fameux scooter.»

Abdelkader Merah n'a pas nié

Une des sources a précisé à l’AFP que cet homme, qui n'a pas été identifié, était peut-être impliqué dans un autre épisode précédant les tueries, comme l'achat d'accessoires de moto pour Mohamed Merah, ou d'avoir tenté d'obtenir des renseignements sur la manière de neutraliser le «traqueur» du scooter.

Contactée par 20 Minutes lundi, Anne-Sophie Laguens, l’avocate d’Abdelkader Merah, le frère de Mohamed Merah, n’a pas démenti cette information. Depuis l’assaut du Raid contre l’appartement de la rue du Sergent Vigné à Toulouse, les policiers cherchent à déterminer si le tueur présumé a agi seul ou s’il a bénéficié d’un soutien logistique. Placé en détention provisoire à Fresnes (Val-de-Marne) où il est à l’isolement, Abdelkader Merah est ainsi mis en examen pour «complicité». Sa participation au vol du scooter est l’un des éléments les plus tangibles dont disposent les enquêteurs.

>> En raison de nombreuses contributions ne respectant pas la charte de modération, nous avons fermé cet article aux commentaires. Notre billet de blog vous explique pourquoi. Vous pouvez nous faire part de vos témoignages via reporter-mobile@20minutes.fr