Les voisins de Mohamed Merah attendent de réintégrer leurs appartements

TOULOUSE Les riverains sont soutenus par une structure d'aide, mais des travaux sont à prévoir...

Julien Ménielle et Béatrice Colin, à Toulouse

— 

L'immeuble de la rue du Sergent-Vigné à Toulouse, où Mohamed Merah a été abattu le 22 mars 2012.
L'immeuble de la rue du Sergent-Vigné à Toulouse, où Mohamed Merah a été abattu le 22 mars 2012. — Béatrice Colin/20 Minutes

Les habitants du quartier de la Côte pavée à Toulouse vont avoir du mal à s’en remettre. Pour les y aider, après le siège et l’arrestation de Mohamed Merah dans un immeuble de la rue du Sergent-Vigné, une cellule d’aide a été mise en place dès jeudi après-midi. Les habitants de l’immeuble, eux, vont pouvoir réintégrer leurs logements.

Plus de 250 appels ont déjà été reçus au numéro vert, tant pour une aide psychologique qu’administrative. «Certains présentent des angoisses liées au bruit de l’intervention, d’autres sont traumatisés par la froideur du tueur», a expliqué à 20 Minutes Valérie Aubert, psychologue de la cellule. Et s’il n’existe pas réellement de sentiment de culpabilité, nombreux se demandent «comment ils ont pu vivre à côté d’un tueur si violent».

Le bâtiment très endommagé

Les habitants de l’immeuble ont été appelés à venir ouvrir leurs appartements en présences d’agents du gaz et de l’électricité. Les propriétaires seront indemnisés en fonction des travaux. Le bâtiment, et surtout le rez-de-chaussée, a été très endommagé par la violence de l’intervention. Ceux qui y résident seront encore hébergés jusqu’à lundi en cas de besoin.

Tous seront ensuite pris en charge par le service d’aide aux victimes, psychologiquement et administrativement. En attendant, entre les curieux et les journalistes, le quartier peine à retrouver son calme.