Un suicide chez France Télécom mis sur le compte des conditions de travail

Reuters

— 

La CGT d'Orange-France Télécom a mis en cause une nouvelle fois, ce mercredi, les conditions de travail dans l'entreprise après le suicide d'un salarié en poste à Schiltigheim, dans le Bas-Rhin, survenu le 8 mars dernier. France Télécom avait élaboré en septembre 2010 un nouveau «contrat social» pour l'entreprise, alors secouée par une vague de suicides.

La direction régionale de l'opérateur public de télécommunications a confirmé le dernier suicide en date, et précisé qu'il ne s'était pas produit sur le lieu de travail du salarié. Ce technicien d'intervention de 58 ans, qui se préparait à partir en retraite, aurait laissé une lettre à sa femme dans laquelle il mettrait en cause son employeur, dit la CGT.

Dans sa lettre, le salarié «souhaite que son geste serve à ses collègues. Il pointe clairement la responsabilité de l'organisation de l'entreprise dans son geste désespéré», déclare le syndicat dans un communiqué.