Comment fonctionne le Raid, l'unité d'élite de la police?

POLICE Ces policiers, qui font l'objet d'une sélection drastique, sont au coeur de l'intervention en cours à Toulouse...

Enora Ollivier

— 

Des policiers, près de la résidence Belle Paule à Toulouse, où l'auteur présumé de sept assassinats est retranché, le 21 mars 2012.
Des policiers, près de la résidence Belle Paule à Toulouse, où l'auteur présumé de sept assassinats est retranché, le 21 mars 2012. — AFP PHOTO/REMY GABALDA

Qu’est ce que le Raid?

Le Raid (pour Recherche, assistance, intervention et dissuasion) est une unité d’élite de la police nationale, créée en 1985, soit dix ans après son homologue de la gendarmerie, le GIGN.

Quelles sont ses missions?

Le rôle du Raid est principalement de gérer les situations de crise – prises d’otages, forcenés retranchés, arrestations à risque – et de lutter contre le terrorisme. L’unité peut aussi être amenée à  protéger des personnalités, ou à assurer la sécurité lors de grands événements.

Qui sont ses membres?

Le Raid est composé d’environ 170 personnes, qui font l’objet d’une sélection drastique – sur des critères d’endurance physique mais aussi de robustesse psychologique - , puis d’une formation intensive.  L’unité est essentiellement composée de policiers, mais comporte aussi des médecins ainsi qu’un psychologue. Vingt-cinq membres du Raid ont été envoyés en renfort à Toulouse lundi soir, pour renforcer le dispositif policier et aider à retrouver le tueur.

Comment le Raid intervient-il?

Parmi les policiers, figurent des négociateurs, les premiers à agir lors d’une intervention comme celle qui a lieu à Toulouse. Ils sont chargés de rentrer en contact avec les personnes dangereuses : «Il s’agit en premier lieu d’une prise de renseignement», explique à 20 Minutes Christophe Caupenne, ancien chef des négociateurs du Raid. Le but est de très rapidement «dresser un portrait psychologique de la personne, d’évaluer sa dangerosité». Cette dangerosité est ensuite «affinée» au cours de l’intervention. Des policiers armés n’interviennent que dans un second temps, si besoin.

Dans quelles situations le Raid s’est-il illustré?

L’intervention emblématique du Raid est celle qui a permis de neutraliser «Human bomb», qui avait pris des enfants de maternelle en otage à Neuilly-sur-Seine en 1993. Après deux jours de négociations – auxquelles a participé Nicolas Sarkozy, alors maire de la ville -  l’unité avait donné l’assaut du bâtiment, alors que le preneur d’otage s’était endormi. L’homme a été tué pendant l’intervention mais tous les enfants ont été indemnes. Le Raid a également permis l’arrestation de membres d’Action directe en 1987 et d’Yvan Colonna en 2003.

>> En raison de nombreuses contributions ne respectant pas la charte de modération, nous avons fermé cet article aux commentaires. Nous vous invitons à réagir sur un article dédié ici et nous faire part de vos témoignages également via reporter-mobile@20minutes.fr