Tueries de Toulouse: Qui est Mohamed Merah, soupçonné d'être le tueur au scooter?

PROFIL Cet homme de 24 ans a effectué des séjours en Afghanistan et au Pakistan à plusieurs reprises...

E.O.

— 

Chemin coin de la Moure où le tueur au scooter s'est retranché à Toulouse, le 21 mars 2012.
Chemin coin de la Moure où le tueur au scooter s'est retranché à Toulouse, le 21 mars 2012. — FRED SCHEIBER/20 MINUTES

«Nous sommes certains que l’homme retranché est l’auteur des tueries». Claude Guéant est formel: Mohamed.M., 24 ans, qui est toujours retranché dans son domicile de Toulouse, est celui qui a tué trois militaires, trois enfants et un adulte juifs.

Ce Français d'origine algérienne «se revendique être un moudjahidine, d’appartenir à Al-Qaida, et dit avoir voulu venger les enfants palestiniens, et s’en prendre à l’armée française», a déclaré le ministre de l’Intérieur, sur place, au petit matin.

«Suivi depuis plusieurs années par la DCRI»

«Cette personne a effectué des séjours en Afghanistan et au Pakistan par le passé», a aussi indiqué le ministre. C’est peut-être là qu’il aurait appris à manier les armes. Il a d’ailleurs été arrêté à Kandahar, dans le sud du pays, pour des faits de droits communs, a indiqué une source proche de l’enquête à l’AFP.

C’est précisément à cause de son passage en Afghanistan que le suspect était «dans le collimateur de la DCRI (le renseignement intérieur), comme d'autres, depuis les deux premiers attentats [les assassinats de militaires à Toulouse et Montauban]», selon une source proche de l’enquête. Il «était suivi depuis des années par la DCRI», a confirmé Claude Guéant, mais «aucun élément de nature à penser qu'il préparait une action criminelle n'était apparue».

D'après Europe 1, Mohamed M. avait postulé pour entrer dans la Légion étrangère et dans l’armée en 2010, mais n’a pas été retenu, à cause de son instabilité psychologique et de des antécédents judiciaires. Son frère, également interpellé, est «engagé dans l'idéologie salafiste», a assuré le ministre.

Un «grand sang froid»

«Il avait déjà commis plusieurs infractions, dont certaines avec violences sur le territoire national», a précisé Claude Guéant, sur BFMTV. «Notre souci est de l'interpeller vivant», a-t-il continué, assurant que l'homme est désormais «hors d'état de nuire». Il aurait fait part de son souhait de se rendre «dans l'après-midi».

Claude Guéant a indiqué que l'homme apparaissait au cours des négociations comme «déterminé». Il fait preuve d'un «grand sang froid» et reste «maître de lui-même».

Le père d’un homme coincé dans son appartement, dans cette résidence du quartier de la Côte pavée, décrit quant à lui une «personnalité normale, comme n’importe qui dans la rue, qui vous donnerait un coup de main pour monter un canapé». «Ce n’est pas lui qui faisait le plus de bruit», a souligné cet homme.

«La prison ou la mort»

Le suspect aurait appelé une journaliste de France 24, Ebba Kalono, dans la nuit pour revendiquer les assassinats des militaires et la tuerie dans l’école juive de Toulouse. «Il voulait protester contre la loi française sur le voile intégral, et aussi contre la participation de la France en Afghanistan»,  raconte la reporter, ajoutant qu'«il a ciblé l'école juive parce qu'il voulait venger "nos petits frères et nos petites soeurs palestiniens"». «Il a commencé par donner des détails assez spécifiques sur les circonstances des tueries à Montauban (…) et à Toulouse», ajoute-t-elle.

«Il disait que tous les événements étaient filmés et qu’il voulait les mettre sur la toile très prochainement», témoigne Ebba Kalono, qui raconte que l'homme était «très calme, très poli, mais très convaincu». Il a employé «quelques exclamations en arabe, en éloge d'Allah».

L’homme a indiqué à la journaliste que deux choses pourraient l’arrêter: «la prison ou la mort».

>> En raison de nombreuses contributions ne respectant pas la charte de modération, nous avons fermé cet article aux commentaires.

Nous vous invitons à réagir sur un article dédié ici et nous faire part de vos témoignages également via reporter-mobile@20minutes.fr