Adolescente tuée près de Nantes: Le suspect revendique l'agression

FAIT-DIVERS L'homme, déjà condamné à deux reprises, était recherché depuis vendredi dernier...

Nicolas Bégasse avec C.C. et G.F. à Nantes

— 

Des techniciens d'investigation criminelle ont investi lundi les lieux du drame.
Des techniciens d'investigation criminelle ont investi lundi les lieux du drame. — F. Elsner / 20 Minutes

L’homme suspecté du meurtre d’une adolescente dans la nuit de dimanche à lundi près de Nantes (Loire-Atlantique) et toujours en garde à vue depuis lundi revendique l'intention homicide de ses trois agressions dont celle de Bouguenais, a indiqué ce mardi soir le vice-procureur du parquet de Nantes, Yves Gambert. 

Arrêté et placé en garde à vue après avoir agressé deux hommes lundi en début d’après-midi, dont un qu’il a grièvement blessé, cet homme de 25 ans a pu être repéré par la gendarmerie de Vertou, près de Nantes, après avoir activé le téléphone portable de la jeune fille de 14 ans retrouvée morte dans des toilettes publiques à Bouguenais, également près de Nantes.

«Il a dit avoir choisi ses victimes au hasard»

«Il a dit avoir choisi ses victimes au hasard», a déclaré Yves Gambert. «Il tient des propos détachés, très froids et même décousus et peu rationnels», a ajouté le vice-procureur qui a précisé que, pour l'agresseur présumé, cela relevait d'une «mission divine». 

L'homme était sous le coup d’un mandat d’arrêt depuis le 16 mars dernier, a indiqué Ouest-France ce mardi. De nationalité angolaise, ce réfugié politique depuis 2005 a été condamné à neuf reprises pour des délits mineurs dont des atteintes au bien, des infractions routières et des violences. Sa plus lourde condamnation s’élevait à un an de prison, dont six mois avec sursis et mise à l’épreuve.

Bracelet électronique

Il portait depuis un bracelet électronique, dont il se serait débarrassé le 9 mars dernier. Un juge d’application des peines nantais avait lancé un mandat d’arrêt à son encontre le 16 mars dernier. Décrit comme «secoué du bocal» et héroïnomane, le suspect pourrait être confondu par les analyses ADN pratiquées lundi sur la scène du crime. Cependant, s'il avait de l'alcool dans le sang au moment des faits, son test salivaire s'est révélé négatif aux drogues.

Le suspect devrait être mis en examen mercredi. L'une de ses victimes, un sexagénaire grièvement blessé, est tiré d'affaire et devrait être entendu rapidement, a également indiqué le vice-procureur de Nantes. 

Fugue

L’adolescente retrouvée morte avait fugué d’un foyer, où elle avait été placée par les services sociaux. «C’est une jeune fille qui avait des difficultés à assumer son adolescence et était quelque peu en rupture», a déclaré Yves Gambert.