Les trois-quarts des Français opposés à un abandon de l'euro

EXCLUSIF Les Français sont parmi les Européens les plus favorables à la monnaie unique...

Armelle Le Goff
— 
Des pièces et des billets en euros.
Des pièces et des billets en euros. — REX FEATURES/REX/AP/SIPA

Ils en font parfois la source de nombreux maux: coût de la vie, hausse des prix, etc. Pour autant, pas question de l’abandonner: 75% des Français sont contre un abandon de l’euro, selon un sondage exclusif de l’institut BVA pour 20 Minutes. Seuls 18% se déclarent prêts à un retour au franc et 7% ne se prononcent pas.

Les ouvriers davantage hostiles à l'euro que les cadres

Parmi les Européens, les Français sont parmi les plus enthousiastes. Au contraire de l’Allemagne, où 45% des sondés se déclarent favorables à un abandon de l’euro. Comme en Italie, où 42% se disent prêts à un retour à la monnaie nationale. En Espagne, ce chiffre tombe à 39%, ce qui reste tout de même bien supérieur aux 18% de Français prêts à quitter la monnaie européenne.


Enfin, rien d’étonnant dans un pays qui n’appartient pas à la zone euro, en Grande-Bretagne, les sondés se montrent à 71% opposés à l’euro. A 63%, ils pronostiquent même un abandon de l’euro dans les prochaines années. Un scénario peu plébiscité ailleurs, même dans les pays les plus en difficulté économiquement: les Italiens prévoient un éventuel abandon de l’euro à 33%, les Espagnols à 21%, quand, en France, ils ne sont que 16% à l’envisager.

En France, les prises de position vis-à-vis de l’euro sont très corrélées au positionnement politique: les sympathisants de gauche et les sympathisants de droite sont opposés à une sortie de la zone euro à 79 et 76%. En revanche, les sympathisants FN y sont favorables à 78 % et les sympathisants de gauche proches du Front de gauche, du Parti communiste, de Lutte ouvrière et du NPA à 34%. L’euro divise aussi les Français socialement puisque les ouvriers (33%) sont beaucoup plus nombreux que les cadres (14%) à souhaiter une sortie de l’euro.

* Enquête réalisée par l’institut de sondage BVA en France, Angleterre, Italie et Espagne, du 20 au 29 février 2012 par Internet sur un échantillon total de 4.217 personnes âgées de plus de 15 ans.