Corse: La SNCM propose ses parts de Véolia pour un euro symbolique

Amandine Rancoule

— 

La direction de la Société nationale Corse-Méditerranée (SNCM) a fait une proposition à la collectivité territoriale de Corse, a-t-on appris ce jeudi. Dans un courrier datant du 5 mars, Gérard Couturier, le président du conseil de surveillance de la compagnie maritime, a proposé à Paul Giacobbi, le président du conseil exécutif de Corse (CTC), de lui céder les parts de Véolia Transdev (66%) pour un euro symbolique, ouvrant la voie à une régionalisation de la SNCM alors qu’une étude sur cette régionalisation devrait bientôt être rendue.

Cette proposition intervient au moment où Paul Giacobbi a réclamé une enquête parlementaire sur les conditions de la privatisation de la SNCM. En 2005, le gouvernement de Dominique de Villepin avait entériné la cession de la compagnie au groupe Butler et à Veolia pour 35 millions d’euros, après l’avoir recapitalisé à hauteur de 113 millions d’euros alors que les actifs de la société maritime étaient estimés à 280 millions d’euros.

«Suspicion de prédation»

«Il semblerait qu’une “suspicion de prédation” s’élève contre Véolia Environnement qui aurait acquis dans cette opération et “à très bas pris” un actif rentable de grande valeur, écrit Gérard Couturier. Pour faire taire cette suspicion infondée et pour aider à la création de cette compagnie régionale, -je me permets de vous indiquer que je vais suggérer à monsieur le président de Véolia Transdev de prendre l’initiative de vous proposer d’acquérir la participation pour un euro symbolique».

Contactée ce jeudi, Véolia n’a pas souhaité faire de commentaire. De son côté, le président de l’office des transports corse (OTC), Paul-Marie Bartoli, a qualifié la proposition de « grotesque, indécente et dérisoire », jeudi matin sur France Bleu Frequenza Mora. « Pour l’heure, nous n’avons pas de réponses de la part de la collectivité Corse », a précisé jeudi la direction de la SNCM. La prochaine session de la CTC est prévue le 22 mars.