Youssouf Fofana aurait tourné des vidéos en prison

— 

Extrait de l'une des vidéos que Youssouf Fofana aurait posté sur YouTube.
Extrait de l'une des vidéos que Youssouf Fofana aurait posté sur YouTube. — YOU TUBE

« Je suis Fofana Youssouf. Un jeune musulman avec des faiblesses, d'origine africaine […] Ce que je dirai de bien, ce sera pour Allah, sa religion et ses intérêts… » Une enquête a été ouverte, mercredi, après la découverte de plusieurs vidéos qui auraient été postées sur YouTube par Youssouf Fofana, depuis sa cellule de la prison de Clairvaux (Aube). Incarcéré depuis un an, Youssouf Fofana a été condamné à la prison à perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de vingt-deux ans, pour le meurtre du jeune Ilan Halimi, âgé de 23 ans au moment des faits.

« Les victimes africaines »
Coiffé d'un foulard et portant des lunettes de soleil, l'homme qui s'exprime sur les vidéos – encore en ligne mercredi soir – fait d'ailleurs référence à Ilan Halimi qui représentait, selon lui, « Israël et la communauté juive. » Dans un communiqué, diffusé dans la soirée, Claude Guéant, le ministre de l'Intérieur s'est dit « extrêmement choqué et indigné par la diffusion de ces vidéos, estimant qu'il s'agissait d'« une insulte à la communauté nationale ». Devant un mur blanc tapissé d'un dessin de l'Afrique, le messager de ses vidéos appelle en effet à la révolte « des musulmans, des musulmanes, des Africains et des Africaines ». Il fait notamment référence aux « victimes » que sont, entre autres, les enfants de l'Arche de Zoé, Nafissatou Diallo ou encore ceux qui ont souffert de l'affaire de l'Angolagate. Il assure également qu'un « commando de terroristes de l'ombre » viendra bientôt le libérer. L'administration pénitentiaire nous a confirmé qu'une enquête était bien en cours. Il s'agit surtout de déterminer si ces vidéos ont bien été enregistrées en prison. « Si ces déclarations constituent les délits d'incitation à la haine raciale et d'apologie du terrorisme, elles devront être sanctionnées », a réclamé Claude Guéant.V. V.