Parité: La serpillière reste l'apanage des femmes

PARITE Selon une étude de l'Insee, la répartition du travail domestique est toujours inégalitaire dans le couple...

Delphine Bancaud

— 

Ménage de printemps - illustration.
Ménage de printemps - illustration. — JACQUEMART/SIPA

Ce n’est pas encore demain qu’elles cesseront d’être les fées du logis. Selon une étude de l’Insee dévoilée ce jeudi, le temps consacré par les hommes aux tâches domestiques (ménage, cuisine, linge et courses) n’a progressé que de 6 minutes en 25 ans pour s’établir à 2h13 en moyenne par jour. Pourtant, en 25 ans, leur durée moyenne de travail s’est écourtée de 32 minutes, sous l’effet du passage aux 35 heures et de la montée du chômage. « Les choses évoluent lentement, même si on note une progression de 9 minutes par jour en moyenne du temps consacré par les pères à leurs enfants par rapport à 1999 », indique Michel Duée, chef de la division Conditions de vie des ménages à l’Insee.

Seuls 14% des hommes font du repassage

Et plus certaines activités sont considérées comme des corvées, moins les hommes s’y adonnent. Ainsi, le repassage,  jugé comme un pensum par 4 personnes sur 10,  n’est effectué que par 14 % des hommes. A contrario, 55 % d’entre eux n’hésitent pas à faire la popote.

Seul point réellement positif pour la gent féminine : le temps quotidien qu’elle consacre aux tâches domestiques a diminué d’une heure depuis 25 ans pour s’établir à 4 heures par jour. « Cela s’explique par l’augmentation du taux d’activité des femmes qui pousse certains ménages à externaliser certains services. Autre raison : le meilleur équipement ménager des Français. Le taux de lave-vaisselle est passé par exemple de 31 % en 1986 à 54% en 2010 », souligne Michel Duée. Par ailleurs, les ménages ont davantage tendance à acheter des plats cuisinés (22 % en 2010 contre 12 % en 1999).