Le féminisme s'invite dans la campagne avant la Journée de la Femme

ÉGALITÉ 0 Minutes» vous indique toutes les actions prévues...

Bérénice Dubuc

— 

Des membres du collectif féministe La Barbe collent des affiches sur des espaces autorisés à Toulouse, le 6 mars 2012.
 
Des membres du collectif féministe La Barbe collent des affiches sur des espaces autorisés à Toulouse, le 6 mars 2012.   — La Barbe Toulouse

A la veille de la journée internationale des Femmes, le 8 mars, les féministes multiplient les actions: manifestations, pétitions, interpellations, distributions de tracts, publication de manifestes…  «20 Minutes» fait le point sur les actions prévues.

Ce mardi à partir de 18h, «L’égalité, c’est pas sorcier!», «Femmes Solidaires» et «la Ligue de l’enseignement» appellent à manifester devant l’Académie française. Les associations doivent y remettre la pétition lancée en mars 2011 intitulée «Que les hommes et les femmes soient belles» pour la modification des règles d’accord grammatical «sexistes» et un retour à la règle de proximité.

Autre grand rassemblement prévu ce mardi à 18h à Paris, celui organisé par un collectif d'une cinquantaine d'associations dont Paroles de femmes et Les Marianne de la diversité, qui interpellent les candidats à l'élection présidentielle sur «la précarité grandissante des femmes». Cet «appel du 6 mars» pour la «Résistance des femmes» est adressé aux candidats à la présidentielle.

Mercredi 7 mars, un autre collectif de 45 associations de défense des droits des femmes (Osez le féminisme!, les Chiennes de Garde, le Collectif féministe contre le viol, la Fédération nationale Solidarité Femmes, le Planning familial...), les «Féministes en mouvement», présentera ses revendications et un manifeste à destination de plusieurs candidats à la présidentielle.

Le collectif organisera une «soirée d'interpellation» de cinq candidats à la Cigale, à Paris, à partir de 10 propositions («remboursement de  l'IVG à 100%», «ouverture de 500.000 places d'accueil en crèche», création «de nouvelles places d'accueil pour femmes victimes de violences»...).

Le 6 mars à Paris, et le 8 à Lyon, plus de 50 associations féministes, refusant «la capitulation de la France» face «au sexisme» et aux «inégalités», manifesteront pour lancer un appel à «la résistance des femmes, également adressé aux candidats. Objectif: présenter le «pacte pour l'égalité» élaboré par le Laboratoire de l'égalité depuis un an et demi à un, et soumis pour signature à l'ensemble des candidats.

La manifestation traditionnelle des femmes se tiendra comme chaque année le 8 mars à Paris. En marge de ce rassemblement, à 17h30, Place de la Nation, le collectif féministe la Barbe convie le public à souscrire pour soutenir financièrement «les partis politiques qui résistent courageusement à la loi sur la parité». Le collectif a lancé le 29 février dernier une campagne d’affichage et de distribution de tracts à Toulouse, Nantes, Lyon, Lille, Bordeaux et Paris pour dénoncer ironiquement «le sexisme très ancré dans les partis politiques français». Il est également possible de faire un don sur le site Internet dédié.

En Haute-Garonne, la journée du 8 mars sera transformée en journée de grève des femmes travaillant dans le public comme dans le privé, à l’appel de l'Union syndicale Solidaires du département. Objectif: transformer cette traditionnelle journée de célébration en jour de lutte pour leurs droits salariaux et sociaux.