Yvelines: L'implantation d'un temple mormon suscite les inquiétudes

RELIGION Les riverains ne veulent pas que l'Église s'installe au Chesnay...

Corentin Chauvel

— 

Capture d'écran du site officiel du futur temple mormon du Chesnay (Yvelines).
Capture d'écran du site officiel du futur temple mormon du Chesnay (Yvelines). — 20minutes.fr

Depuis le 27 octobre dernier, c’est la panique au Chesnay (Yvelines). L'Église de Jésus Christ des Saints des derniers jours, alias les mormons, a obtenu son permis de construire le premier temple de son culte en France au grand dam d’une partie des habitants de la ville, rapporte France-Info ce mardi.

Outre l’inquiétude des catholiques locaux, une association de riverains, Avenir 46, s’est ainsi constituée pour contester, notamment à l’aide d’une pétition (plus de 7.000 signatures) et de recours en annulation (tous déboutés), la construction du bâtiment «qui s’étendra sur 7 000 m², au cœur d’un vaste terrain occupé depuis 40 ans par EDF», précise La Croix. Jusque là, le culte ne disposait que d’une centaine d’églises en France pour 36.000 fidèles et ne pouvait pratiquer certaines cérémonies comme les «mariages éternels».

Démission au sein du conseil municipal

Le débat a également fait rage au sein du conseil municipal où un adjoint au maire a été jusqu’à remettre sa démission pour signifier son désaccord, estimant qu’un temple mormon ne correspondait pas aux besoins de la ville qui manque notamment de logements sociaux.

«Au-delà de la religion qui est effectivement polémique mais qui ne nous intéresse pas, ce choix ne correspond à aucun besoin. Il n’y aura aucun versement de taxe. Alors que s’il y a des logements, des équipements, ça rapporte de l’argent à la ville», a renchéri sur France-Info l’un des membres d’Avenir 46.

Mais l’Eglise mormone, qui n’est pas considérée comme une secte en France, a fait une offre difficile à refuser pour le maire (UMP dissident): 20 millions d’euros (l’opération totale s’élève à près de 80 millions d’euros) alors que le terrain était estimé à 16,5 millions d’euros.