Les syndicats mobilisent mercredi prochain contre l'austérité

SOCIAL Des grèves sont prévues, notamment dans les transports...

avec AFP

— 

Les cinq confédérations syndicales (CGT, CFDT, FSU, Unsa et Solidaires) appellent mercredi les salariés à une mobilisation nationale pour l'emploi et "la justice sociale" dans le cadre d'un appel européen contre les mesures d'austérité face à la crise.
Les cinq confédérations syndicales (CGT, CFDT, FSU, Unsa et Solidaires) appellent mercredi les salariés à une mobilisation nationale pour l'emploi et "la justice sociale" dans le cadre d'un appel européen contre les mesures d'austérité face à la crise. — Martin Bureau afp.com

Les cinq confédérations syndicales (CGT, CFDT, FSU, Unsa et Solidaires) appellent mercredi les salariés à une mobilisation nationale pour l'emploi et «la justice sociale» dans le cadre d'un appel européen contre les mesures d'austérité face à la crise.

La CGT recensait, à son dernier comptage vendredi, 160 manifestations ou rassemblements, dont 130 à caractère unitaire, et elle annonce en outre des centaines d'arrêts de travail locaux, notamment dans les services publics, les transports, le commerce, la construction et l'énergie.

Grève dans les transports

Dans les transports, la CGT cheminots a déposé pour la SNCF un préavis de grève du mardi soir 20h au jeudi matin 8h. Des réseaux locaux de transports urbains pourraient aussi être affectés par des débrayages en Ile-de-France et dans une série de villes dont Marseille, Lyon, Toulouse, Bordeaux, Angers et Dijon.

La CFDT, qui ne veut pas donner un «caractère politique» à cette journée à l'approche de l'élection présidentielle, participe à la journée mais sans appeler, au niveau national, à des arrêts de travail. Le mot d'ordre commun est «une Europe sociale fondée sur la solidarité, la justice et la cohésion sociale». Un rassemblement se tiendra en outre à Paris, place de la Bastille, à partir de 12h.

Des délégations françaises pour manifester à Bruxelles

Des délégations françaises participeront à la manifestation organisée à Bruxelles par la Confédération européenne des syndicats (CES) à l'origine de cette journée d'action lancée à la veille du Conseil européen du 1er mars et de la signature officielle du pacte de stabilité budgétaire.

Ce pacte, conclu entre 25 des 27 pays de l'UE pour renforcer la discipline commune à la suite de la crise de la dette, va dans le mauvais sens, estiment les syndicats pour qui «les mesures d'austérité ne sont pas la réponse à la crise, au contraire, elles produisent d'énormes dégâts sociaux».

«On ne peut pas continuer à imposer des mesures qui ne marchent pas, qui enfoncent les pays dans la crise et appauvrissent de plus en plus de salariés, chômeurs et retraités», selon le texte de leur déclaration commune du 9 février. Les cinq confédérations appellent à «une nouvelle politique monétaire économique et sociale» qui donne «priorité aux politiques en faveur de la création d'emplois de qualité».