Affaire Dupont de Ligonnès: De nouvelles pistes de recherche pour les enquêteurs

ENQUÊTE ls vont éplucher cinq années de mains courantes consignées dans les commissariats, pour essayer de retrouver la trace du père de famille, suspect numéro un dans l'assassinat de sa famille...

M.Gr. et G.F. à Nantes

— 

AFP

Et si le chemin pour retrouver la piste de Xavier Dupont de Ligonnès passait par les commissariats français? De nouvelles investigations, révélées par Le Parisien, pourraient en effet amener les enquêteurs à se pencher sur les mains courantes électroniques, mises à disposition dans les commissariats pour y consigner des faits sans déposer plainte.

Toujours selon le quotidien, l'antenne de police de Nantes (Loire-Atlantique) a en effet adressé en début de semaine dernière à la Direction centrale de la sécurité publique (DCSP) en charge de la police de voie publique, une demande de renseignements au niveau national pour pouvoir accéder à ces données.

Toutes ses identités seront étudiées

Les enquêteurs vont ainsi remonter jusqu’à 2007, à la recherche de tout signalement lié à Xavier Dupont de Ligonnès. Ou à l’une de ses différentes identités. Car il n’était pas rare que  l’homme de 52 ans se fasse également appeler Xavier Dupont, Xavier de Ligonnès ou Xavier Ligonnès. Les faits liés au nom de sa femme, Agnès Hodanger, seront eux aussi étudiés. Les vérifications des enquêteurs devraient également s'étendre aux différents véhicules utilisés par le suspect. Celui-ci était en effet amené à se déplacer régulièrement sur le territoire, dans le cadre de son travail.

Un magistrat du parquet de Nantes interrogé par 20 Minutes vient toutefois nuancer l'intérêt des faits avancés par le quotidien. «Toutes les investigations évoquées dans le Parisien ont commencé dès le premier jour de l'enquête, il n'y a pas de tournant, ni de date butoir! "Beaucoup de bruit pour rien" comme dirait Shakespeare», estime-t-il.

Résultats connus le 12 mars

Par ailleurs, le juge d'instruction a ordonné la levée des scellés sur l'immeuble d'habitation de la famille Dupont de Ligonnès, «en conséquence les propriétaires peuvent à nouveau en user librement», commente ce même magistrat. Aucun élément ne dit en revanche si les héritiers du propriétaire (également décédé) ont décidé de vendre la maison.

Xavier Dupont de Ligonnès est introuvable depuis avril 2011, date de la découverte des cadavres de sa femme et de ses quatre enfants, dans leur pavillon de Nantes. Les  résultats de ces nouvelles investigations devraient être connus le 12 mars au plus tard.